Les partenaires

Le ministère de l'Europe et des affaires étrangères

Les domaines de compétence des Archives diplomatiques et ceux du musée de l’Armée sont naturellement complémentaires : les dossiers de négociation, dont les accords et traités sont l’aboutissement, sont au coeur de l’activité des Affaires étrangères. L’exposition À l’Est la guerre sans fin, 1918-1923 s’inscrit donc parfaitement dans le souci des Archives diplomatiques de profiter du Centenaire pour faire connaître certains de ses fonds les plus prestigieux dans le cadre d’une manifestation ambitieuse assurée d’une grande visibilité publique au travers du prêt de documents exceptionnels et de la conception d'un accompagnement cartographique conséquent.

Le ministère des Armées

Deuxième acteur culturel de l’État, le ministère des Armées conserve un vaste patrimoine culturel (archives, collections des musées, bibliothèques, patrimoine monumental et mobilier), qu’il entretient et valorise afin de permettre au plus grand nombre d’y avoir accès. La direction des patrimoines, de la mémoire et des archives (DPMA) est chargée notamment de la politique culturelle du ministère, pilotée en son sein par la Délégation des patrimoines culturels (DPC). Assurée par la DPC, la politique muséale s’appuie principalement sur les trois grands musées sous tutelle stratégique de la DPMA, dont le musée de l’Armée, mais également sur les 13 musées rattachés aux armées, directions et services. La DPMA a également pour missions de concevoir, animer et évaluer la politique des archives et des bibliothèques, en exerçant le contrôle scientifique et technique des services d'archives et en coordonnant la politique de numérisation et de mise en ligne des archives du ministère.

Le CIC

Grand partenaire du musée de l’Armée aux Invalides depuis 2003, le CIC parraine ses expositions temporaires qui illustrent des phases aussi décisives que méconnues de notre histoire. À l’Est la guerre sans fin, 1918-1923 raconte le remplacement des anciens empires par des nouveaux États-nations et la montée d’une radicalisation totalitaire en Europe. On y découvre également le combat mené par la France avec ses alliés pour ramener la stabilité dans la région, malgré le malencontreux traité de Versailles. C’est en réalité la construction d’une toute nouvelle Europe et les prémisses d’un nouveau désastre pour cette dernière et la civilisation que le visiteur découvrira au travers de cette exposition à la scénographie forte. Le CIC finance un dispositif multimédia composé de trois cartes animées retraçant les événements marquants qui se sont déroulés entre 1917 et 1923 dans trois grands espaces géographiques (à l’Est, en Europe médiane et au Levant). Il permet de comprendre comment on est passé en quelques années d’une domination de cette zone par quatre puissants empires (allemand, russe, austro-hongrois et ottoman) à un morcellement de pays. Le CIC, par sa participation et son soutien à cette exposition, est heureux de contribuer à la transmission de la mémoire d’un épisode de l’histoire française qui constitue un tournant majeur de l’histoire universelle.

La Mission du Centenaire de la Première Guerre mondiale

Groupement d’intérêt public créé en 2012 par le gouvernement pour préparer et mettre en oeuvre le programme commémoratif du centenaire de la Première Guerre mondiale, la Mission du centenaire de la Première Guerre mondiale travaille sous l’autorité de la secrétaire d’État auprès de la ministre des Armées, Geneviève Darrieussecq. La Mission du Centenaire a trois objectifs principaux : organiser les temps forts du programme commémoratif du centenaire de la Première Guerre mondiale ; coordonner et accompagner l’ensemble des initiatives publiques et privées mises en oeuvre en France ou par la France à l’étranger en proposant notamment un label « Centenaire » ; informer le grand public sur le programme du Centenaire et assurer la diffusion des connaissances sur la Grande Guerre, notamment grâce au site centenaire.org.

Gaumont Pathé archives

11 novembre 1918. Sitôt l’armistice conclu, les opérateurs des sociétés Gaumont et Pathé se font les témoins des premiers soubresauts annonçant l’avènement du monde nouveau. Leurs reportages filmés relatent la désagrégation des empires, les économies ruinées, les révolutions naissantes, ou encore les incessants ballets diplomatiques. Ils offrent aux spectateurs des fameux Gaumont Actualités, Éclair Journal et Pathé Journal la vision d’une Europe éprouvée à la recherche d’un nouveau souffle. Patrimoine unique de par sa richesse et sa diversité, les collections d’actualités cinématographiques conservées par Gaumont Pathé Archives reflètent à travers leurs 250 000 références, l’histoire du XXe siècle. Filmées en 35 millimètres et restituées aujourd’hui en Haute Définition, ces images d’actualités centenaires illuminent cette exposition de leur intemporalité.

L'ECPAD

L’Établissement de communication et de production audiovisuelle de la Défense est fier d’être partenaire de cette exposition via la cession d'images animées. Agence d’images de la Défense depuis 1915, l’ECPAD dispose d’un fonds cinématographique et photographique exceptionnel : plus de 12 millions de clichés et 31 000 films. Il garantit la disponibilité permanente d’équipes de reportage pour témoigner en temps réel de l’engagement de nos forces. Leurs travaux sont mis à la disposition des médias, contribuant à une meilleure compréhension de l’actualité et à la transmission de la mémoire.

Le Service historique de la Défense

Le Service historique de la Défense collecte, conserve et valorise les archives, les ouvrages, la symbolique et l’iconographie du ministère des Armées. À ce titre ce service est la source principale de l’histoire militaire française. Le Service historique de la Défense a prêté 20 pièces tirées des archives du cabinet du ministre de la Guerre, de l'État-major et du commandement des unités. Elles sont constituées à la fois de documents manuscrits et imprimés, de cartes, de correspondances et de notes officielles qui témoignent de la diversité des fonds du SHD. Tous ces documents illustrent les missions de renseignement, d’action diplomatique et de réflexion stratégique exercées par les autorités militaires en France et dans toute l’Europe.

Le Département des Hauts-de-Seine

Le Département des Hauts-de- Seine a participé au conseil scientifique, contribué au catalogue et prêté des reproductions d’images issues de la collection des Archives de la Planète conservée au musée départemental Albert-Kahn (72 000 autochromes, 10 000 photographies en noir et blanc, 100 000 mètres de films réalisés par une dizaine d’opérateurs de prises de vues dans une cinquantaine de pays entre 1909 et 1932 à l’initiative du banquier humaniste Albert Kahn).

Les Gueules Cassées - UBFT

Plus connue sous le nom des « Gueules Cassées », l’association a été créée à l’issue de la Grande Guerre en vue d’apporter un soutien fraternel, moral et matériel aux soldats atrocement défigurés. L’UBFT a ensuite accueilli les blessés à la face et à la tête de tous les conflits de la seconde guerre mondiale à la guerre d’Algérie. Elle intègre aujourd’hui les militaires blessés en OPEX ainsi que les blessés en service, gendarmes, pompiers et policiers. L’UBFT a également inscrit dans ses missions statutaires, le soutien au maintien du souvenir des sacrifices de ceux qui se sont battus pour la France. Dans un esprit de reconnaissance envers le corps médical, a été créée la Fondation des « Gueules Cassées », qui mène des actions de mécénat au profit de la recherche médicale concernant la prise en charge des traumatismes crânio-faciaux.

Fédération Nationale André Maginot

Aînée de toutes les associations d’Anciens Combattants, elle rassemble 241 groupements répartis sur tout le territoire métropolitain et dans les DROM-COM, dont 65 sections fédérales représentant la Fédération dans chaque département. Elle compte plus de 200 000 adhérents représentant le monde combattant français des guerres 39-45, Indochine, Corée, Algérie, combats de Tunisie, Maroc et des opérations extérieures, mais aussi des associations patriotiques et des membres des forces de sécurité. Elle a pour buts premiers la mémoire et la solidarité.