Journées d’études De Paris à Lausanne : négociations et traités de paix, 1918-1923 – sources inédites, patrimoine en questions

Du  05 décembre 2018

mercredi 5 décembre 2018

Programme en cours de réalisation

Auditorium Austerlitz du musée de l'Armée

Conditions d'accès :

Organisées par la direction des Archives du ministère des Affaires étrangères et le musée de l’Armée

Journées d'études : De Paris à Lausanne : négociations et traités de paix, 1918-1923 - sources inédites, patrimoine en questions

Les archives du MEAE relatives au règlement du conflit de 1914-1918 ont subi de graves dommages matériels pendant la Seconde Guerre mondiale. Document-symbole de la défaite allemande, objet de la vindicte de Hitler, le traité de Versailles, dont la France était le dépositaire officiel, pourtant mis à l'abri au château de Rochecotte près de Paris, fut emporté (ainsi que le traité de Saint-Germain-en-Laye avec l'Autriche) par une délégation conduite par Otto Abetz et disparut, sans doute après avoir été exposé à Berlin.

Les archives de l'ancienne direction des Affaires politiques, classées dans la série "A-Paix" font également partie de ces séries dérobées par les Allemands, mais elles ont été retrouvées, certes tardivement (années 1980), en Pologne, après avoir été en grande partie brûlées. C'est aussi, tout particulièrement, le cas des Archives de la Conférence de la paix, qui s'ouvre au Quai d'Orsay le 18 janvier 1919 pour s'achever en août 1919, prélude à la signature des traités dits de l'Ile-de-France, à Versailles (lieu de signature choisi à dessein pour effacer le souvenir de la proclamation du Reich en 1871) le 28 juin 1919, puis au Trianon, à Saint-Germain-en-Laye et à Sèvres.

Ces archives, très gravement endommagées, ont commencé à faire l'objet d'une restauration, préalable indispensable à leur mise à disposition des chercheurs et à leur valorisation éventuelle auprès d'un public étranger. Il convient, par ailleurs, d'attirer l'attention sur un certain nombre de collections d'origine privée que le caractère incomplet de leurs inventaires avait empêché de communiquer aux chercheurs.

La perspective du Centenaire de la fin de la Première Guerre mondiale a incité à classer et à inventorier les fonds de l'immédiat après-guerre qui ne le sont pas encore puis à les publier en ligne. Enfin, les Archives diplomatiques disposent de cartes et d'atlas, qui ont subi également d'importants dommages pendant la Seconde Guerre mondiale mais qui constituent des documents essentiels pour comprendre la redéfinition des frontières de l'Europe à la suite des traités de Versailles, de Saint-Germain-en-Laye et de Trianon.

Ces journées d'études se déroulent sur deux jours :

4 décembre 2018 : Auditorium du centre des Archives diplomatiques

5 décembre 2018 : Auditorium Austerlitz du musée de l'Armée

Le programme est en cours de réalisation.