Arbalète de Catherine de Médicis

Catherine de Médicis (1519-1589), épouse d’Henri II et reine de France, est surtout connue pour le rôle politique qu’elle continua à exercer lors des règnes de ses fils François II (1544-1560), Charles IX (1550-1574) et Henri III (1551-1589). Celle que l’on imagine plutôt couverte de son voile de veuve n’en fut pas moins passionnée d’équitation et de vénerie. La petite arme présentée ici constitue l’un des rares témoignages conservés, comme en atteste le monogramme de la reine, un « C » trois fois répété au niveau de l’anneau d’attache.

Pour s’adonner à son activité favorite, Catherine de Médicis disposait d’une arme à l’esthétique remarquable (visuel 2). Tendu par le seul effort de la main et projetant de simples billes d’argile ou de plomb, ce type d’arbalète dit « à jalet » servait à atteindre le petit gibier et principalement des oiseaux. Travaillé dans un bois de palissandre du Brésil, l’arbrier est entièrement sculpté de termes, guirlandes, fleurs de lys et masques tandis qu’un dauphin s’enlève en ronde bosse sur le pan supérieur. Ce détail permet de dater cette pièce d’avant 1547, pendant la période où l’époux de Catherine, le futur Henri II, est encore Dauphin. Les garnitures sont en fer bruni et damasquiné d’or, l’ensemble du décor relevant du goût maniériste de l’école de Fontainebleau. Le chroniqueur Brantôme (vers 1540-1614) évoque dans son ouvrage Les Dames Illustres l’excellent usage qu’en faisait la reine.

Cartel

Datation : Vers 1540

Auteur : Inconnu

Matériaux : Palissandre, chanvre, fer, laiton et or

Techniques : Damasquinure et sculpture

Lieu de création : France

Hauteur :
0,8 m

Largeur :
0,42 m

Poids : 0,92 kg

N° inventaire : 997I;L115

Historique : Légué au musée des Souverains (1852) par la marquise de Clermont-Tonnerre. Intègre le musée d'Artillerie le 29 juin 1872.