Arc et brassard d’archer

Considéré comme le premier mécanisme complexe inventé par l’homme plus de 10 000 ans avant notre ère, l’arc n’a depuis jamais cessé d’être en usage pour la chasse. Puissante, rapide et précise, cette arme de jet possède également l’avantage d’être silencieuse et donc de ne pas effrayer le gibier. Afin de protéger son poignet contre le retour de la corde, le chasseur portait un brassard ou bracelet.

Le fût de l’arc est ici entièrement réalisé en acier. Le profil de cet exemplaire est dit « à double courbure » et est inspiré des modèles orientaux. Les deux lames de ressort qui constituent l’arc sont reliées par un cylindre central servant de poignée. Les accroches de la corde sont façonnées en forme de fleurs de lis ajourées (visuel 2).

Entièrement taillé dans une défense d’ivoire, le brassard qui accompagne notre arc était fixé au poignet du chasseur par un simple lacet de cuir. En bordure du bracelet court un décor gravé de feuillages au milieu desquels se détachent deux amours bandant leur arc (visuel 3). On y distingue également, à la manière d’un trophée d’armes, un carquois rempli de flèches ainsi qu’un écu barré marqué d’un croissant de lune sur lequel prend appui un oiseau.

Cartel

Datation : Vers 1600-1610

Auteur : Inconnu

Matériaux : Arc : acier
Brassard : ivoire

Techniques : Arc : ciselure
Brassard : gravure

Lieu de création : France

Hauteur :
Arc : 1,41 m
Brassard : 0,16 m

Largeur :
Arc : 0,12 m
Brassard : 0,08 m

Poids : Arc : 0,93 kg
Brassard : 0,13 kg

N° inventaire : L 06 041 – L 06 042

Historique : Entrés au musée de l’Armée le 11 février 1939, suite au legs de monsieur Accary.