Armure d’Anne de Montmorency

Connétable de France à partir de 1538, Anne de Montmorency (1493-1567) a participé à toutes les grandes batailles depuis le début et jusqu’au milieu du XVIe siècle. Il s’illustre notamment en Italie à Ravenne (1512) et Marignan (1515) avant d’être fait prisonnier à Pavie en 1525. En disgrâce à la fin du règne de François Ier, Anne de Montmorency est rappelé par Henri II et participe, dans le camp catholique, aux premiers combats des Guerres de Religion. Il meurt à la bataille de Saint-Denis en 1567, touché dans le dos par une balle de pistolet.

L'appartenance de ce harnois complet à Anne de Montmorency est attestée par plusieurs sources parmi lesquelles une inscription portée à l'intérieur même de la dossière (visuel 2), au moment où elle figurait dans la galerie d'armures de grands capitaines réunies dans son château d'Ambras par Ferdinand II de Tyrol. L'armet présente un mézail en deux parties autorisant l'ouverture séparée de la "vue" (visuel 3) et de la "ventaille" (visuel 4). Le plastron, d'une masse considérable (5, 4 kg), est à l'épreuve des balles et comme le reste de l'armure, est simplement noirci. Ce traitement, qui dissimule les traces de martelage, dispense ce harnois d'un long et soigneux polissage. Cet équipement de guerre de grande qualité est sobrement ornementé : les registres verticaux du plastron, travaillés en creux et les bordures horizontales des autres éléments de l'armure sont dorés, tandis que de rares motifs floraux réalisés dans la technique du repoussé soulignent certaines pièces. Sur le côté gauche, la rondelle d'épaule a disparu.

Cartel

Datation : Vers 1550

Auteur : Inconnu

Matériaux : Fer, laiton, cuir et textile

Techniques : Repoussé, dorure et noirci

Lieu de création : France

Hauteur :
1.66 m

Largeur :
0.82 m

Poids : 25 kg

N° inventaire : G 61

Historique : Offerte à l’archiduc Ferdinand II de Tyrol, probablement du vivant d’Anne de Montmorency, pour sa galerie du château d’Ambras situé près d’Innsbruck (Autriche). L’armure est ramenée en France en 1806 et est attribuée au musée d’Artillerie.