Armure de siège, vers 1650-1675

Sous le règne du Roi-Soleil, les sièges représentent l’essentiel des opérations militaires. L’attaque et la défense des places sont réalisées méthodiquement, selon des principes établis par Vauban. L’approche et la conquête de la ville assiégée se déroulent dans des conditions périlleuses : aménagement de parallèles et de tranchées sous le feu ennemi, destruction des murailles au moyen de mines aux explosions puissantes, etc. Aussi de nombreux officiers se protègent-ils en portant d’épaisses armures de fer.

Cette armure de siège se compose d'une cuirasse de fer bruni, d'une braconnière et d'un chapel forgé. La qualité de la forge indique l'appartenance à un haut personnage. La forte épaisseur du métal explique le poids élevé de l'armure (presque 14 kg).
Le décor des lames de tassettes, découpées en accolade soulignée de filets jumeaux (visuel 2), les emmanchures et le col (visuel 3) ornés d'un ourlet guilloché font preuve d'une réalisation soignée. Le décor des bretelles (visuel 4) est proche de celui de certaines armures royales de la première partie du XVIIe siècle.

D'après ces éléments, plusieurs auteurs ont attribué cette armure à Louis XIV. La prudence est toutefois nécessaire car aucun symbole monarchique n'y figure. De plus, elle n'est mentionnée dans aucun inventaire ou document descriptif d'armures royales.
Il n'est pourtant pas exclu que Louis XIV ait porté une telle armure. Jeune, il s'expose lors des sièges (objet complémentaire), un comportement fréquent chez les grands de l'époque, qui y voient une manifestation de courage chevaleresque.

Cartel

Datation : vers 1650-1675

Auteur :

Matériaux : Fer, laiton, cuir, velours

Techniques : Forgé, riveté

Lieu de création : France

Hauteur :
1,25 m (environ)

Largeur :
0,55 m

Poids : 13,7 Kg

N° inventaire : G 157 / G 106 PEN / G 253 PEN

Historique :

Objets complémentaires

Louis XIV dans la tranchée au siège de Tournai, le 21 juin 1667