Basson russe

Le basson russe est un instrument militaire apparenté aux serpents, dont il a l’embouchure. Il appartient donc à la famille des cuivres. Les serpents sinueux utilisés pour le plain-chant dans les églises jusqu’à la Révolution sont issus, eux-mêmes, de la famille des cornets à bouquin. Ces instruments sont ensuite introduits au sein de l’armée. L’ergonomie si particulière du serpent étant peu adaptée à un usage au sein de défilés, les facteurs d’instruments œuvrent à le rendre plus maniable. Le serpent droit fait alors son apparition : Serpent Regibo (1789), Serpent Piffault (1806), Serpent Forveille (1823), et basson Rust enfin.

Le basson russe ou serpent militaire est un serpent droit. On a donné à cet instrument une forme s’inspirant du basson ordinaire. En effet, comme ce dernier, il est construit en trois parties, une culasse et deux « branches », la plus petite portant le bocal et l’embouchure, la plus grande, se terminant par le pavillon. Dans cette variante, le pavillon est à tête de monstre à gueule ouverte. Doté de ce pavillon extravagant, le basson russe est exclusivement utilisé dans les corps de musique militaire. Il est dérivé, de par ce décor, du carnyx de l’Antiquité. Cette longue trompe verticale pourvue d’un pavillon zoomorphe  à l’effigie d’un monstre, dressé au-dessus de la tête de l’exécutant, est  l’un des instruments de musique militaire les plus spectaculaires, employés à l’époque pré-romaine et destinés à terrifier l’ennemi.
Le nom de l’instrument viendrait peut-être d’une déformation du nom de Rust, un des premiers fabricants de bassons et de cet instrument à Lyon, le basson Rust devenant le basson russe.

Cartel

Datation : Entre 1831 et 1835

Auteur : Dubois

Matériaux : Bois, laiton, pavillon polychrome

Techniques :

Lieu de création : Lyon, France

Hauteur :

Largeur :

Poids :

N° inventaire : 0.84 bis

Historique :

Objets complémentaires

Basson français à pavillon piriforme par Rust

Basson par Bührer et Keller