Bombarde dite bombarde d’Aubusson

Véritable rempart de la Chrétienté en Méditerranée, l’île de Rhodes appartenait à l’ordre des Hospitaliers de Saint-Jean-de-Jérusalem. Ces moines chevaliers, installés sur l’île depuis 1309, l’avaient admirablement fortifiée et dotée d’une puissante artillerie. Cette dernière était composée en partie de pièces offertes par les souverains européens, mais aussi de nombreuses pièces réalisées à la demande de l’ordre. Chaque grand-maître ayant soin d’enrichir le parc d’artillerie de l’ordre, de nombreuses pièces conservées portent leurs armes personnelles.

Réalisée sous le commandement de Pierre d'Aubusson qui fut grand maître de l'ordre de 1476 à 1503, cette pièce est la plus imposante pièce en bronze de ce type (entre la bombarde et le mortier) conservée de nos jours. La culasse est séparée en deux par une moulure décorative et sa plate-bande est découpée en tenons. L'un des tronçons de la culasse a été buriné et des inscriptions arabes y ont été gravées. La volée porte les armes de Pierre d'Aubusson, écartelées avec celles de l'Ordre (visuel 2). Elle est équipée de tourillons ornés d'un nœud en relief. Ces appendices placés très en avant de la pièce permettent un pointage presque vertical. Le fond de la volée, tout comme celui de la chambre à poudre, est hémisphérique, ce qui permet d'épouser au mieux la forme du boulet. La plate-bande de la bouche porte l'inscription : "F-PETRUS-DAUBUSSON-M-HOSPITALIS-IHER". Elle est également découpée en tenons. Ces aménagements devaient servir à la manipulation, au pointage et au transport de la bombarde.

Cartel

Datation : Entre 1486 et 1503

Auteur :

Matériaux : Bronze

Techniques :

Lieu de création : Inconnue

Hauteur :
1,95 m

Largeur :
58 cm

Poids : 3325 Kg

N° inventaire : N 66

Historique : Provient de l’île de Rhodes, offerte à Napoléon III par le Sultan Abdul-Aziz en 1862, date de son entrée au musée d’Artillerie.