Bombarde en fer forgé

Lors des sièges de villes ou de châteaux, les assaillants tentaient de détruire les infrastructures ennemies. On pouvait alors utiliser des boulets en pierre mais aussi de nombreux projectiles incendiaires. Les traités d’artillerie du XVe siècle contiennent de nombreuses recettes de boulets explosifs dont certains étaient réputés ne pas s’éteindre même sous l’eau. On a alors conçu des bombardes très courtes et munies de tourillons permettant d’envoyer ces projectiles au dessus des remparts. Elles sont l’ancêtre des mortiers.

La spécificité de ces bombardes mortiers vient de leur volée généralement très courte, qui donne à ces pièces une silhouette trapue. Cette bombarde est composée d'une culasse forgée en un seul bloc (mais peut-être composé de plusieurs éléments) et d'une volée assemblée à la manière des tonneaux en bois, comprenant 20 douves maintenues par des bagues en fer. Cette bouche à feu est également munie de tourillons coniques permettant un pointage quasi vertical et un tir en cloche. Cette bombarde a été personnalisée à deux époques différentes. Sur la culasse, au dessus de la lumière, se trouve un motif christique sommairement gravé, et qui semble contemporain de l'utilisation de la pièce, et sur la première bague de la volée on peut lire l'inscription " 1792 ", date probable de son installation à l'École royale d'artillerie de La Fère où elle se trouvait avant d'entrer dans les collections du musée d'Artillerie.

Cartel

Datation : XVe siècle

Auteur :

Matériaux : Fer forgé

Techniques :

Lieu de création : Inconnu (France)

Hauteur :
1,02 m

Largeur :

Poids : Environ 600 Kg

N° inventaire : N 38

Historique : Provient de l’école d’artillerie de La Fère. Entrée au musée d’Artillerie un peu avant 1862 (première trace dans le catalogue Penguilly).