Canon de 120 mm modèle 1878 du système de Bange

Le système de Bange est un ensemble de pièces d’artillerie développé de 1875 à 1882, à la suite de la défaite française de 1870 face aux Allemands. Il intègre l’ensemble des innovations et avancées techniques en matière d’artillerie mises au point au XIXe siècle : âme rayée, chargement par la culasse, utilisation de l’acier et emploi d’obus cylindro-ogivaux. Les canons du système de Bange constituent presque entièrement l’artillerie lourde française et sont particulièrement utilisés lors de la Première Guerre mondiale.

Adopté en 1878, le canon de 120 mm possède une portée de tir d'environ 9 km. Ce canon a été conçu pour la guerre de siège (afin de détruire des fortifications) et pour la défense du territoire français.
Les forts du système Séré de Rivières, ensemble de fortifications bâti à partir de 1874 le long des frontières et des côtes de la France, en étaient notamment équipés.
Au début de la guerre, peu de canons de 120 mm sont présents au front. Leur puissance de feu est sous-estimée et leur faible mobilité est décriée. Lors de l'été 1915, pour pallier l'infériorité numérique de l'artillerie, l'état-major décide néanmoins de réquisitionner l'ensemble de l'artillerie lourde des forts.
Ainsi, environ 1500 pièces de 120 mm et 700 de 155 mm arrivent au front pour constituer l'ossature de l'artillerie lourde française.
Simples d'utilisation, robustes et dotés d'excellentes qualités balistiques, les canons du système de Bange permettent à l'armée française de tenir jusqu'à l'arrivée des matériels lourds modernes, à l'automne 1917.

Cartel

Datation : 1878

Auteur : Colonel Charles Ragon de Bange

Matériaux : Acier, bois

Techniques :

Lieu de création : Ateliers de Tarbes (France)

Hauteur :
5.20

Largeur :
2.00

Poids : 2800 kg

N° inventaire : 6796 ; N 310

Historique : Après avoir servi lors de la Première Guerre mondiale, ce canon est entré dans les collections du musée en 1920.

Objets complémentaires

Artillerie de siège, canon de 120mm et affût modèle 1878