Canon de campagne de 12 livres du système Gribeauval, échelle 1/4

La voiture-pièce de 12 livres – c’est à dire le canon sur son affût avec son avant-train – est la plus imposante du service de campagne du système Gribeauval. C’est également la pièce qui a la plus grande puissance de feu. 15 hommes sont nécessaire à son service : 2 canonniers pointeurs, 6 servants et 7 soldats supplémentaires, parfois pris dans l’infanterie, qui viennent aider les artilleurs pour les manœuvres les plus complexes. Pour son déplacement, elle nécessite un attelage de 6 chevaux.

Le modèle présenté ici est en position de route. En effet, lors des déplacements, le tube en bronze est reculé dans une seconde paire d’encastrements dite « de route » pour mieux répartir le poids sur l’ensemble de la voiture. Le canon de 12 livres, tout comme les canons de 4 et de 8 livres, porte un coffret amovible entre les flasques de l’affût. Cela permet le transport de munitions (9 cartouches à boulet) prêtes à être tirées dès l’arrivée sur le champ de bataille.

Lors de la victorieuse bataille de Valmy, le 20 septembre 1792, l’armée française, constituée de troupes de volontaires révolutionnaires et de troupes de l’ancienne armée royale, dispose d’une quarantaine de canons de ce type. C’est en partie la puissance de feu de cette nouvelle artillerie qui va permettre l’arrêt de l’armée prussienne dans sa marche vers Paris. Paradoxe de l’histoire, pour sa première bataille sur le sol français, l’artillerie du système Gribeauval, œuvre de l’Ancien Régime, permet de renforcer la jeune Convention nationale.

Cartel

Datation : Dernier quart du XVIIIe siècle

Auteur :

Matériaux : Bronze, bois et fer

Techniques :

Lieu de création : France

Hauteur :

Largeur :

Poids :

N° inventaire : O 81 / O 104

Historique : Entre 1775 et 1788, l’ensemble des matériels adoptés dans le cadre du système d’artillerie conçu par le général de Gribeauval est reproduit en modèles réduits, à l’échelle du quart. Cet ensemble forme une collection unique. Elle entre au musée d’Artillerie, ancêtre du musée de l’Armée, au début du XIXe siècle.

Objets complémentaires

Canon de campagne de 12 livres du système Gribeauval

Corps royal de l'artillerie, 1786 (planche 24) par Moltzheim