Canon de place de 8 livres du système Gribeauval, échelle 1/4

L’artillerie chargée de défendre une place forte ou une citadelle doit pouvoir mettre hors d’usage celle de l’adversaire. Les canons sont donc placés sur des affûts conçus pour tirer au-dessus des parapets. Ils sont munis de châssis facilitant leur remise en batterie et la précision du tir. Au début des années 1740, Gribeauval réfléchit à cette problématique et ses premiers travaux portent sur l’amélioration des affûts de place. Novatrices, ses idées doivent attendre qu’il soit chargé de réformer l’artillerie pour être appliquées.

Lorsqu’il conçoit son affût de place, Gribeauval s’inspire des affûts de côte alors utilisés dans les places. Il les transforme en affût à trois roues : deux grandes roues à l’avant et une petite à l’arrière qui s’encastre dans le lisoir directeur (une sorte de glissière) du châssis.

L’emploi d’un châssis facilite la remise en place des affûts après le tir. Le châssis permet également de surélever la pièce, ce qui évite la trop grande visibilité des embrasures et rend possible, une fois fixé dans la direction voulue, le tir en peine nuit.

La pièce est servie par 5 hommes. Le chargement se fait à l’aide d’une lanterne, sorte de grande cuillère qu’utilisent les servants pour déposer la poudre noire au fond de l’âme du canon.

Les autres outils présentés à côté du modèle servent  à nettoyer l’âme du canon après les tirs. L’écouvillon permet d’éteindre les restes de poudre incandescents et, si l’âme présente d’importants résidus, le tire-bourre l’en débarrasse.

Cartel

Datation : Dernier quart du XVIIIe siècle

Auteur :

Matériaux : Bronze, bois et fer

Techniques :

Lieu de création : France

Hauteur :

Largeur :

Poids :

N° inventaire : O 80

Historique : Entre 1775 et 1788, l’ensemble des matériels adoptés dans le cadre du système d’artillerie conçu par le général de Gribeauval est reproduit en modèles réduits, à l’échelle du quart. Cet ensemble forme une collection unique. Elle est acquise par l’Etat en 1806 et entre au musée d’Artillerie, ancêtre du musée de l’Armée.

Objets complémentaires

Armements d'artillerie : écouvillon-refouloir et tire-bourre

« Affût de place, calibre de 8 », planche 30 du "Collection Complète De La Nouvelle Artillerie Construite Dans Les Arcéneaux De Metz et Strasbourg Par Messieurs De Muÿ Et De Gribeauval"