Cornet à pistons Périnet imitation Stolzel de Piattet (Piatet)

L’ancien cornet simple, cor de poste ou Posthorn, est à perce légèrement conique, avec un tuyau plus court que celui de la trompette, ce qui limite son émission sonore à quelques notes, pour des appels. Vers 1828, le facteur français Halary imagine de doter l’instrument de pistons en adoptant le système inventé par Stölzel et Blühmel en 1814, qui consiste à dévier l’air dans une coulisse en appuyant sur le piston pour rallonger la colonne l’air. Bientôt, Halary maîtrise la fabrication de cornets à 3 pistons (en 1831). Le 26 octobre 1838, Périnet dépose son brevet d’invention pour ses propres pistons.

Il s’agit de l’un des tout premiers cornets dotés de pistons Périnet, qui ont progressivement remplacé les pistons Stölzel. Le cylindre unique est beaucoup plus large que celui du système Stölzel, l’air arrivant et repartant latéralement. Il est percé de 6 trous formant 3 conduits, perpendiculaires au piston même. Chaque piston est raccordé à un tube additionnel et raccordé au piston suivant par une traverse. Le trajet de l’air dans les nouveaux pistons Périnet étant simplifié, leurs qualités acoustiques sont supérieures. Ce cornet est un instrument caractéristique de la musique militaire puis des harmonies et fanfares. Il est, de plus, bien représentatif de l’évolution des instruments de musique militaire, où se généralisent les instruments à pistons avec, pour effet, de révolutionner et standardiser l’orchestre, en particulier grâce aux travaux d’Adolphe Sax. Piattet est un des meilleurs facteurs lyonnais. La qualité de la finition révèle qu’il s’agit d’un instrument de profil haut de gamme.

Cartel

Datation : Entre 1836 et 1868

Auteur : Pierre Piattet (Piatet)

Matériaux : Cuivre, bois, feutre

Techniques :

Lieu de création :

Hauteur :

Largeur :

Poids :

N° inventaire : 2010.33.4

Historique :

Objets complémentaires

Cornet à huit tons, à pistons de type Stoelzel par Louis Muller (pour le corps principal) et Bessot pour l’embouchure