Demi-armure d’enfant

Traditionnellement, les jeunes princes et fils de la haute aristocratie étaient précocement accoutumés au maniement des armes ainsi qu’aux différents exercices guerriers. La demi-armure pour un enfant présentée ici est donc directement héritière de cette coutume encore très vivace au XVIe siècle. Ce magnifique harnois a peut-être été destiné à Hercule-François d’Alençon (1554-1584) – quatrième et dernier fils du roi Henri II – âgé de 6 ans en 1560, date probable d’exécution de la pièce.

La demi-armure se compose de haut en bas d'un armet au profil allongé (visuel 2), d'une paire d'épaulières symétriques prolongée par des brassards et terminée par des gantelets. Le buste et le dos étaient protégés par un plastron et une dossière, tandis qu'une paire de tassettes venait recouvrir la partie supérieure des cuisses de l'enfant (visuel 3). L'absence de défense de jambe ne doit pas être prise comme un défaut d'intégrité de ce harnois, mais marque au contraire son appartenance aux productions de luxe du XVIe siècle bien souvent dépourvues, en France, de telles protections.

L'ornementation, extrêmement raffinée, est en rapport avec la qualité formelle de cette armure. Toute la surface de la pièce est recouverte d'une fine mosaïque de trèfles bleuis inscrits dans une étroite résille de filets gravés et dorés (visuel 4), décor évoquant les motifs des textiles contemporains. A noter enfin que des vestiges de la garniture interne en satin violet brodé d'or subsistent à l'intérieur de l'armet.

Cartel

Datation : Vers 1560

Auteur : Inconnu

Matériaux : Fer, laiton, cuir et textile

Techniques : Gravure, dorure et bleui

Lieu de création : France

Hauteur :
0,82 m

Largeur :
0,53 m

Poids : 5,05 kg

N° inventaire : G 188

Historique : Figure sur le premier inventaire des collections d’armes de la Couronne, daté de 1673, sous le N° 327. Transférée en 1797 au cabinet des Antiques de la Bibliothèque nationale, puis versée au musée d'Artillerie par décret du 16 février 1861.