Drapeau du 1er régiment des grenadiers à pied de la Garde impériale, dit drapeau « des Adieux »

Le 6 avril 1814, Napoléon, établi au château de Fontainebleau, signe sa première abdication. Quelques jours plus tard, le 20 avril, il doit partir en exil sur l’Ile d’Elbe (située entre la Corse et l’Italie). Il décide de faire un dernier discours à sa garde personnelle : "Soldats de ma vieille Garde, je vous fais mes adieux...", puis embrasse le général Petit et pose par trois fois ses lèvres sur un drapeau, celui du 1er régiment de grenadiers à pied de la Garde impériale, présenté ici.

Remis en mai 1813, cet emblème prestigieux est présent lors des campagnes d'Allemagne et de France, en 1813 et 1814. En soie finement brodé, il présente, en trois bandes verticales, les couleurs bleu, blanc et rouge, aujourd'hui presque complètement passées. Elles sont un peu mieux conservées au revers, qui a la particularité de donner la liste de 15 noms de capitales et de batailles où le régiment s'est illustré, de Marengo à Moscou.
Sur chaque face se mêlent motifs végétaux et symboles brodés de fil d'or. Les emblèmes de l'Empire sont majoritaires : aigle et abeille (visuel 2), monogramme de Napoléon ceint d'une couronne de laurier (visuel 3), couronne impériale. Au centre, en haut et en bas, la couronne de laurier entoure l'emblème de ce 1er régiment de grenadiers : la grenade qui explose. Napoléon, institué "seigneur" de l'Ile d'Elbe, n'y reste pas un an. En mars 1815, il est de retour à Paris, ouvrant l'épisode des Cent-Jours.

Cartel

Datation : 1812 (date du modèle)

Auteur : Inconnu

Matériaux : Soie et cannetille d’or

Techniques :

Lieu de création : France

Hauteur :
0,92 m

Largeur :
0,92 m

Poids :

N° inventaire : 04071 ; Ba 117

Historique : Legs de 1927 de M. Haton de la Goupillère, petit-fils du général Petit.

Objets complémentaires

Le Départ de Napoléon pour L'île d'Elbe, le 20 avril 1814 d'après Johann Adam Klein (1792-1875)