Drapeau provenant de la brèche de Constantine

Dans un contexte de crise diplomatique entre la France et l'Algérie, suite à une dette française impayée, Alger est prise en juillet 1830. La guerre sainte est proclamée contre les français en 1832. Après l'échec du siège de Constantine en 1836, Louis-Philippe décide l'année suivante d'une nouvelle expédition. Le siège commence le 9 octobre. Dès le lendemain, malgré la résistance d'Ahmed bey, dernier bey (chef) de Constantine, une brèche est ouverte dans le rempart de la ville. L'Algérie est proclamée territoire français en novembre 1848.

Ce drapeau a été conquis par le capitaine Le Flo, du 2e régiment d'infanterie légère, sur la brèche de Constantine lors de l'assaut du 13 octobre 1837. L'emblème rouge est orné du sabre à deux lames du prophète figurant sur le sceau du bey Ahmed de Constantine. Ce sabre bifide, symbole de la guerre sainte et insigne des plus vénérés dans l'Islam, est la représentation de l'un des neuf sabres détenus par le prophète Mahomet. Le plus connu d'entre ceux-ci est Dul-Fikar, que le prophète remis à son gendre Ali, quatrième calife de l'Islam.

Ce trophée fut apporté par ordre du général Valée, commandant l'attaque de la cité, au colonel de Lamoricière. Alors à la tête d'une colonne d'avant-garde, il fut le premier officier à gravir la brèche de Constantine. Celui-ci venait d'être évacué, grièvement blessé par l'explosion d'une mine alors qu'il pénétrait dans la ville.

Cartel

Datation : XIXe siècle, premier tiers

Auteur :

Matériaux : Etamine en laine rouge et blanche. Cravate en broderies de soie multicolore sur laine blanche. Hampe en bois et laiton.

Techniques :

Lieu de création :

Hauteur :

Largeur :

Poids :

N° inventaire : 3838 B

Historique :