Épée de cour du dauphin Louis, duc de Normandie

Cette épée aurait appartenu à Louis-Charles de France (1785-1795). Second fils de Louis XVI et de Marie-Antoinette, il n’est pas destiné à régner, mais la mort de son frère ainé, Louis-Joseph (1781-1789), fait de lui le Dauphin de France. Contrairement à leurs prédécesseurs, le roi et la reine assument en grande partie l’éducation de leurs enfants. Emprisonné à partir de 1792 à la prison du temple, le Dauphin est confié à la garde de sa mère puis, lorsqu’elle est exécutée en 1793, à celle d’un cordonnier.

Cette épée de proportions réduites, est celle d'un enfant princier : la poignée et le pommeau sont en agate, la branche de garde est en argent doré enrichie de pierreries enchâssées dans des chatons (visuel 2). La lame, triangulaire, est gravée de fleurs sur les trois faces. Le fourreau est en peau de requin, muni de garnitures elles aussi en vermeil, le tout orné de pierreries.

Afin de le préserver de l'influence de la cour, Louis XVI veille autant que possible à l'éducation de son fils. Á la prison du temple, il continue à dispenser son enseignement consistant en des pages d'écriture et d'arithmétique. Louis-Charles semble avoir un goût prononcé pour les jeux militaires. Selon madame de Tourzel, sa nourrice, "un de ses plus grands plaisirs était de faire tirer de petits canons dans son jardin et de commander le sabre à la main que l'on fît feu". Un autre de ses jeux consiste à revêtir une armure qu'on lui a offerte, casque en tête, lance à la main et de se présenter ainsi comme le chevalier Bayard.

Cartel

Datation : Vers 1789

Auteur :

Matériaux : Acier, agate, argent, vermeil, pierreries

Techniques : Forgé, poli

Lieu de création : France

Hauteur :
0,67 m

Largeur :

Poids :

N° inventaire : 996 I (J 385)

Historique :