Epée dite "de Boabdil"

Principale zone d’échange entre l’Occident et l’Orient au Moyen-âge, l’Espagne et plus particulièrement l’Andalousie devient le creuset de la civilisation mauresque. Le musée de l’Armée conserve et présente un exemple remarquable avec l’épée dite de l’émir Boabdil (1459-1533). Dernier souverain du royaume nasride de Grenade, Boabdil quitte la ville en mars 1492 après la victoire des rois catholiques et s’exile à Laujar de Andarax dans la province d’Almeria avant de rejoindre définitivement Fès au Maroc.

Propre à l’Espagne musulmane, ce type d’épée connu sous le nom de "Jineta" se reconnaît à sa garde caractéristique et à ses quillons recourbés vers la lame. Cette dernière, droite et à un seul tranchant, est forgée dans un acier damas dont les motifs sont encore discernables. Dans la tradition de l’Islam, chacune des faces du nœud de croisière (visuel 2) comporte des cartouches épigraphiés avec des invocations à Allah et à son prophète Mahomet : "il n’y a de Dieu qu’Allah / et Mahomet est son prophète".

Les têtes d’animaux ornant les quillons évoquent la genette, ayant donné son nom à ces armes. La fusée est en bois sculpté, tandis que le pommeau sphérique est transpercé par la soie de la lame, recouverte en son extrémité d’un petit capuchon doré.

Cartel

Datation : Fin du XVe siècle

Auteur : Inconnu

Matériaux : fer, vermeil, argent, ,ielle, ivoire et bois

Techniques : Damas et gravure

Lieu de création : Grenade, Andalousie (Espagne)

Hauteur :
0,88 m

Largeur :
0,13 m

Poids : 1,22 kg

N° inventaire : J PO 680

Historique : Faisait partie de l'ancienne collection de Georges Pauilhac, acquise par le musée de l'Armée en 1964