Etui à arc et carquois

Cet ensemble composé d’un étui à arc et de son carquois complémentaire – dans lequel subsistent cinq flèches (visuel 2) – illustre à merveille la magnificence des productions de l’Empire ottoman au XVIIe siècle. Ces équipements, rehaussés de métaux précieux émaillés et de pierres fines, témoignent à la fois de la subsistance de l’arc dans les armées turques et du faste des cadeaux diplomatiques échangés entre le Sublime Porte et la cour de France. Ces pièces ont peut-être été offertes lors de l’Ambassade de Saïd Effendi en 1742.

Ces deux carquois portent toujours sur leurs revers les étiquettes apposées alors qu’ils appartenaient aux collections de la Couronne sous les numéros 443 et 444 (visuels 3 et 4). Leurs ornementations sont analogues : la structure de cuir est recouverte, sur le revers, d’un velours couleur bleu soutenu et sur la face d’une soierie tissée d’or qui recevant une série de cabochons s’ordonnant en deux compositions en forme de fleur séparées par un motif en mandorle. Réalisés en or moulu et ciselé, décorés d’émaux verts, bleus et blancs et sertis de rubis, ces cabochons forment des pétales autour d’un cartouche renfermant une émeraude de belle taille. Seule une de ces émeraudes a subsisté, ainsi que cinq des dix flèches mentionnées en 1797.

Cartel

Datation : Vers 1650

Auteur : Inconnu

Matériaux : Cuir, velours, laiton, fil d'argent, émail, soie, émeraudes, rubis et or. Bois, os et plumes pour les flèches

Techniques : Ciselure, émail

Lieu de création : Empire ottoman (Turquie)

Hauteur :
0,67 m

Largeur :
0,05 m

Poids : 1,13 kg

N° inventaire : L 225

Historique : Présents dans les collections de la Couronne sous les numéros 443 et 444. Les deux pièces ont été transférées à la Bibliothèque nationale en 1797 avant d’être versées au musée d’Artillerie le 10 janvier 1866