Fusil à double platine à mèche et à silex

Très grand amateur d’armes à feu et passionné de technique, Louis XIII (1601-1643) a constitué au cours de son règne un exceptionnel cabinet d’armes. Protégeant les meilleurs arquebusiers du royaume qu’il logeait au sein même du palais du Louvre, le roi a passé commande à des maîtres du nom de Le Bourgeois ou François Duclos, auteur de cette pièce datée de 1636. Il s’agit de l’une des premières armes dotées d’une platine à silex.

Encore à ses débuts, le mécanisme à silex (ici à droite de la platine) est complété par un système à mèche (à gauche) moins novateur (visuel 2). Le principe ingénieux permet de tirer successivement deux coups dans le même canon. Très abouti sur le plan technique, ce fusil est de plus un véritable chef-d'œuvre d'ornementation, François Duclos ayant témoigné par cette commande royale de sa virtuosité dans des techniques décoratives aussi diverses que la dorure, la gravure, le ciselé, le bleui ou la damasquinure.

La crosse qui dessine une volute est ainsi agrémentée d'un buste en bronze de Minerve (visuel 3), tandis qu'une applique en laiton doré est fixée à proximité de la queue de culasse (visuel 4). Au centre de celle-ci une représentation de la Justice - les yeux bandés - appuyée sur le " L " du souverain est accompagnée par un cartouche où se déploie une inscription latine adressée à Louis XIII que l'on peut traduire par : " Ô Louis, cette chose aveugle t'a laissé des yeux ".

Cartel

Datation : Daté 1636

Auteur : François Duclos

Matériaux : Fer, argent, cuivre, laiton, bronze, nacre et bois

Techniques : Gravure, bleui, damasquinure, ciselure et dorure

Lieu de création : Galeries du Louvre, Paris

Hauteur :
1,52 m

Largeur :
0,13 m

Poids : 3,87 kg

N° inventaire : M 410

Historique : Commande personnelle du souverain Louis XIII auprès de François Duclos pour son cabinet d’armes. Présente sur l’Inventaire des armes de la Couronne sous le numéro 151, la pièce est transférée au musée d’Artillerie, puis est exposée au musée des Souverains à partir de 1852. Elle fait son retour au musée d’Artillerie le 29 juin 1872.