Fusil à répétition Lebel modèle 1886 modifié 1893

Le fusil modèle 1886/93, dit fusil Lebel, est le premier fusil réglementaire à répétition de l'armée française. Il est également le premier fusil à utiliser une munition de petit calibre. Il est d’abord utilisé outre-mer en Afrique noire dans le cadre des campagnes coloniales, en Chine lors de la révolte des Boxers, puis au Maroc. Il n’est plus fabriqué en 1914, mais constitue l'arme de base du fantassin français au début de la Première Guerre mondiale. Sa baïonnette est par ailleurs surnommée "Rosalie" dans des chansons patriotiques.

Grâce au magasin, c'est-à-dire le réservoir de cartouches, intégré dans l'arme sous le canon, un fusil à répétition permet un tir plus rapide qu'un fusil à un coup. De plus, le magasin du Lebel peut contenir 8 munitions, optimisant ainsi son action.
Le tireur actionne manuellement le mécanisme, entre chaque coup de feu, pour évacuer la douille usagée et fait monter du magasin la cartouche suivante.
Le fusil Lebel est configuré pour la nouvelle munition de 8 mm adoptée en 1886, très performante. Sa portée maximale est de 4 500 m. Ses balles ont encore un effet meurtrier à 2 400 m. A cette distance, elles peuvent traverser les chairs, voire briser un os. Les soldats portent trois cartouchières sur leur ceinturon, contenant chacune cinq paquets de huit cartouches, soit 120 cartouches.
Le Lebel reçoit quelques améliorations de détail en 1893 ; il est alors référencé "fusil modèle 1886-93".
On l'appelle souvent fusil Lebel, car la Commission des armes à répétition, qui en supervise l'élaboration et l'adopte le 22 avril 1886, est dirigée par le colonel Lebel.

Cartel

Datation :

Auteur : Manufacture d’armes de Saint-Etienne

Matériaux : Acier, bois

Techniques :

Lieu de création : France

Hauteur :

Largeur :

Poids :

N° inventaire : 15102/6

Historique :

Objets complémentaires

Fusil Lebel modèle 1886-93, raccourci en 1935

Fusil à répétition Lebel modèle 1886 modifié 1893 calibre 8