Fusil à silex préréglementaire, dragons de Bretaigne

Le fusil est une arme à feu utilisant une platine à silex. Cette platine est mise au point vers 1615 par Marin Le Bourgeois, arquebusier et artiste au service de Louis XIII. Ce système reproduit le principe de l’ancien briquet à percussion, sur lequel les étincelles sont produites en frappant un morceau de silex contre une pièce métallique (visuel 2). Suscitant initialement la méfiance des autorités, le fusil est adopté en France sous le règne de Louis XIV. Il reste depuis lors l’arme par excellence de l’infanterie.

Le canon de ce fusil porte la marque " Dragon de Bretaigne " (visuel 3), ce qui permet de le dater entre la fin du XVIIe siècle et le début du XVIIIe siècle. Il est donc " préréglementaire ", c'est-à-dire antérieur au premier fusil défini par un règlement en France, le modèle 1717.

Après sa mise au point, le fusil connaît un succès rapide dans la troupe, car les soldats apprécient la commodité d'emploi de la platine à silex : une fois la pierre en place, l'arme peut immédiatement tirer si elle est chargée, ce qui n'est pas le cas du mousquet, dont la mèche impose des opérations longues et complexes. La progression incontrôlée du fusil inquiète les responsables de l'armée car la nouvelle arme connaît beaucoup de ratés de feu, est plus coûteuse que le mousquet et présente un calibre trop faible. Le fusil est donc totalement interdit entre 1653 et 1668. Il est ensuite partiellement admis, par exemple dans les troupes d'élite comme les grenadiers (objet complémentaire). Il ne remplace complètement le mousquet qu'en 1699.

Cartel

Datation : 1689-1714

Auteur : Vicaire, Breat

Matériaux : Acier, bois, laiton

Techniques : Forgé, soudé, vissé

Lieu de création : Saint-Étienne

Hauteur :
1,475 m

Largeur :

Poids :

N° inventaire : 997.230

Historique :

Objets complémentaires

"Le grenadier fusil sur l’épaule"