Gants ayant appartenus au général Bonaparte

Alors que la campagne d'Egypte connaît d'importantes difficultés, notamment liées à une épidémie de peste depuis le début de l'année 1799, le général Bonaparte choisit de rentrer en France, laissant le commandement des troupes à Jean-Baptiste Kléber. Il comprend en effet que le Directoire, qui l'avait tenu éloigné du pouvoir à son retour de la campagne d'Italie en l'envoyant en Egypte, se trouve dans une situation qui lui permettrait de mener à bien un coup d'Etat soutenu par Sieyès.

Bonaparte embarque sur la frégate La Muiron le 23 août 1799. Il est accompagné de quelques-uns de ses proches généraux ainsi que de scientifiques et artistes. S'inquiétant d'être pris en chasse par la flotte anglaise cinglant au large, il donne l'ordre au commandant de La Muiron et aux trois navires qui l'accompagnent de longer les côtes africaines avant de remonter au nord. Mais les vents contraires retardent considérablement l'échappée. Le 9 octobre 1799, il débarque enfin à Fréjus après une halte de quelques jours à Ajaccio, sa ville natale. Le 10, il est à Aix et arrive en Avignon le lendemain.

Parti de cette ville le 12 octobre à la pointe du jour, il change de voiture et de chevaux au village de Roquemaure. Les gants du général, oubliés dans le caisson avant - où l'on couchait les bouteilles - furent recueillis et conservés avec la berline par Monsieur Morin, qui les céda plus tard à un certain Monsieur Grenet. Les gants ont été acquis auprès du fils de ce dernier.

Cartel

Datation : Vers 1799

Auteur :

Matériaux : Cuir

Techniques :

Lieu de création :

Hauteur :

Largeur :

Poids :

N° inventaire : 849 B

Historique :