Grenadier à pied de la garde impériale en grande tenue

Le grenadier à pied de la Garde impériale présenté ici est l’une des silhouettes les plus populaires de la Grande armée napoléonienne. À l’origine spécialisés dans le lancement de grenades, les grenadiers, qui n’en lancent plus guère sous l’Empire, conservent cette appellation, qui désigne des soldats d’élite et de grande taille. C’est principalement ceux de la vieille Garde impériale qui incarnent les "grognards", surnom donné par Napoléon, parce qu’ils se plaignent souvent… mais obéissent toujours.

La plupart des pièces de cet uniforme (bonnet d'ourson, habit et culotte) appartient au grenadier Jean-Louis Simplet (1er régiment), qui, comme les autres soldats de son régiment, mesure plus de 5 pieds 5 pouces (soit 1,76 m) et a prouvé sa force et ses qualités morales pour entrer dans cette prestigieuse unité.
L'imposant bonnet à poil (appelé "ourson") est orné d'un plumet rouge qui, contrairement aux représentations populaires, n'est pas porté lors des combats. La plaque en laiton, décorée d'une aigle impériale et d'une grenade, permet le maintien sur la tête de cette encombrante coiffe. On note aussi le port de la boucle d'oreille, à la mode depuis le Directoire, coquetterie qui voit son usage se répandre à toute l'armée.
Le mannequin est armé d'un fusil à silex modèle 1777 (modèle an IX) ainsi que d'un sabre court dit "sabre briquet".
Quant aux chaussures, guêtres, gilet et havresac (sac à dos), ils ont été fidèlement reconstitués pour compléter la présentation dans le musée.

Cartel

Datation : 1808-1815

Auteur : Inconnu

Matériaux : Drap de laine, cuivre (boutons), laiton (plaque), cuir (bonnet), laine et poil d’ourson (bonnet), plumes de coq (plumet), havresac (peau de chèvre)

Techniques :

Lieu de création :

Hauteur :
2,80 m (avec plumet)

Largeur :

Poids :

N° inventaire : Ga 27

Historique : Don Reszké, 1878

Objets complémentaires

Grenadier à pied de la Garde impériale montant la garde