Hacquebute à croc

Sous le règne de Charles VII (1422-1461), un grand nombre de réformes militaires sont mises en place. Elles visent essentiellement à professionnaliser l’armée. C’est à cette époque que l’infanterie se développe, par exemple avec la création des francs-archers. Loin de se limiter à l’archerie, ces troupes comportent également des arbalétriers et des couleuvriniers. La hacquebute présentée ici est représentative des armes à feu portatives utilisées à l’époque.

Le canon de cette hacquebute est en fer forgé et facetté à 8 pans. La lumière (orifice par lequel se fait la mise à feu) est percée sur une des facettes. Le pan supérieur du canon est poinçonné (visuel 2) et l'arme est équipée d'un croc dont la face arrière est marquée de cinq crans profonds. Le croc servait à appuyer l'arme sur un ouvrage de maçonnerie qui encaissait alors le recul lors de la déflagration occasionnée par le tir. La crosse en bois a probablement été ajoutée tardivement et adopte une morphologie de type Maximilien. L'ensemble pourrait avoir subi des manipulations puisque la crosse et le croc sont orientés sur un axe différent de celui de la lumière. En mettant le croc en position verticale (position normale), la lumière se retrouve sur le côté droit du canon ce qui pose problème étant donné l'absence d'un bassinet. Aucune trace sur le canon n'indique qu'il y ait pu en avoir un à une époque donnée. Cette hacquebute tirait de petites balles de plomb.

Cartel

Datation : XVe siècle

Auteur :

Matériaux : Fer forgé, bois

Techniques :

Lieu de création : Inconnu (France ?)

Hauteur :
1,55 m

Largeur :
26 mm

Poids :

N° inventaire : N 18 (Po 131)

Historique : Provient de la collection Pauilhac