Hussard du 7e régiment

Les premiers hussards apparaissent en France sous le règne de Louis XIV. Ce sont, à l'origine, des cavaliers venus d'Europe de l'Est, qui, armés d'un sabre, combattent à la manière de la cavalerie ottomane. Pendant les guerres du XVIIIe siècle, hussards et chasseurs à cheval formèrent une cavalerie légère capable d'éclairer et de sécuriser la marche des armées, apte aux coups de main, au combat de harcèlement et aux embuscades, caractéristiques de ce que l’on appelle la « petite guerre », qui se déroulait entre les sièges et les batailles.

Exemple des uniformes de la cavalerie légère sous le Consulat, les pièces les plus représentatives de cet uniforme sont documentées comme ayant appartenu à Jean Frédéric Traut, né à Colmar en 1780 et incorporé au 7e régiment de hussards en 1800.

Autour du shako tronconique à visière mobile s'enroule une flamme. Dans les grandes occasions, la flamme se porte déroulée, telle que présentée sur le mannequin. Ce modèle de shako est en usage jusque vers 1801, puis il est progressivement remplacé par le shako qui s'impose définitivement à partir de 1807, sous sa forme dépourvue de flamme, entièrement noir, et orné d'une plaque en losange.

La répartition des couleurs du dolman du 7e régiment de hussards est celle arrêtée par le règlement du 1er vendémiaire an IX (23 septembre 1800) : fond de drap vert foncé, avec collet et parements écarlates, tresses et galons jonquille, tresses à cinq boutons demi-sphériques (avant 1804).

Cartel

Datation : Entre 1800 et 1804

Auteur :

Matériaux : Dolman en drap de laine. Gilet et culotte en drap de laine écarlate garni de tresses jonquille. Shako en drap de laine noir et rouge, velours de soie noir, carton et cuir.

Techniques :

Lieu de création :

Hauteur :

Largeur :

Poids :

N° inventaire : 3185 B à 3188 B, 5181 B et 5807 B

Historique :