La bataille d’Austerlitz (1805) : épée de l’empereur Napoléon Ier dite « épée d’Austerlitz »

En août 1805, le projet de Napoléon pour envahir l’Angleterre tourne court. La flotte britannique reste insaisissable et garde la maîtrise de la mer. En outre, une nouvelle coalition, financée par les Britanniques se forme. Autrichiens, Russes et Prussiens menacent les frontières de la France. L’armée française, baptisée dorénavant Grande Armée, quitte Boulogne et les côtes maritimes et marche sur l’Allemagne puis l’Autriche à la rencontre des troupes autrichiennes et russes.

C'est le début d'une campagne éclatante dont le point culminant est la fameuse bataille d'Austerlitz, le 2 décembre 1805, jour anniversaire du sacre de Napoléon.

Au cours de cette campagne, faite de grandes manœuvres et de déploiements sur de très vastes espaces dans le but de piéger l'adversaire, Napoléon se montre le plus habile et emploie tout son génie de stratège et de tacticien.

Cette victoire masque cependant un désastre naval, la bataille de Trafalgar, survenue le 21 octobre 1805, où la victoire de l'amiral Horatio Nelson offre au Royaume-Uni la pleine maîtrise des mers.

Réalisée à la fin du Consulat par le célèbre orfèvre Martin-Guillaume Biennais et portée par Napoléon à la bataille d'Austerlitz, celle qu'il appelait " mon épée ", est la plus emblématique de toutes les armes qui ont appartenu à l'Empereur. Il l'a toujours gardée auprès de lui l'emportant même en exil à Sainte-Hélène, comme un témoignage de sa plus haute gloire. Léguée à son fils, elle fut déposée en 1840 sur le cercueil de l'empereur lors du Retour des Cendres.

Cartel

Datation : Vers 1803

Auteur : Martin-Guillaume Biennais

Matériaux : Or, dorures, acier, cuir

Techniques : Or sculpté, gravé et ciselé, acier damasquiné et bleui

Lieu de création : Paris, France

Hauteur :
0, 108 m

Largeur :
0, 870 m

Poids :

N° inventaire : Ca 03

Historique : Léguée par Napoléon Ier à son fils, conservée par le général Bertrand qui l’a remis au roi Louis-Philippe en 1840 à l’occasion du retour des Cendres

Objets complémentaires

Neurdein Frères : L'installation de la statue de Napoléon Ier par Charles Emile Marie Seurre dans la cour d'honneur des Invalides.