La bataille de Bir Hakeim(1942) : canon de 75 mm modèle 1897 modifié antichar, dit « Canon de BirHakeim»

En 1942, les forces de l’Axe accentuent leurs efforts pour s’emparer du canal de Suez. Le 26 mai, elles lancent une vaste offensive en Lybie mais se heurtent, à Bir Hakeim, à la résistance de la 1re brigade française libre du général Kœnig. Du 27 mai au 11 juin, les attaques allemandes sont repoussées par les Français libres. Leur résistance héroïque permet aux Britanniques, en mauvaise posture, de se replier à El Alamein, où est définitivement stoppée l’avancée allemande en novembre 1942.

Considéré à juste titre comme l'une des clés de la victoire de 1918, le canon de 75 mm modèle 1897 est encore, en 1940, le matériel le plus utilisé par l'artillerie française, avec plus de 4000 pièces en service. Certains de ces canons sont d'ailleurs, dès cette époque, modernisés par la mise en place de roues métalliques à pneus pleins.
Le canon dit "de Bir Hakeim" a été transformé en pièce antichar vers 1941, vraisemblablement en Syrie, par les Français libres afin de l'adapter aux combats contre l'Afrikakorps. Le canon est pourvu d'un camouflage "sable", son bouclier est découpé (pour réduire sa silhouette) et il est doté d'obus antichar. Environ cinquante canons de 75 mm, dont celui-ci, participent aux combats de Bir Hakeim.
La résistance des troupes françaises eut un retentissement mondial et renforça considérablement la crédibilité de la France libre et du général de Gaulle, qui déclara : "Pour le monde entier, le canon de Bir Hakeim annonce le début du redressement de la France".

Cartel

Datation : 1897

Auteur : Inconnu

Matériaux : Acier, caoutchouc

Techniques :

Lieu de création : Bourges (France)

Hauteur :

Largeur :
4,65 m

Poids : 1140 kg

N° inventaire : 07283 I ; N 220

Historique : Don du général de Larminat en 1948

Objets complémentaires

Soldats du Bataillon du Pacifique posant devant un canon de 75, BirHakeim, mai-juin 1942