La bataille de Verdun (1916) : Le Nasica, canon de flanquement de 12 ayant participé aux combats du fort de Vaux

Fin mai 1916, malgré les succès allemands initiaux, les Français résistent devant Verdun. Le 1er juin, après une intense préparation d’artillerie, l’infanterie allemande se lance à l’attaque du fort de Vaux, tenu par les 600 hommes du commandant Reynal. Pendant 5 jours, les combats font rage dans les fossés et tunnels du fort. Assoiffés et écrasés par la brutalité des assauts ennemis, les 250 survivants se rendent le 7 juin 1916. Les Français reprennent le fort de Vaux le 2 novembre 1916.

Le fort de Vaux est peu armé lors de l'attaque allemande : il ne reste que 8 pièces d'artillerie, la majeure partie a été envoyée au front à l'été 1915. Le Nasica fait partie des 4 canons de flanquement chargé de protéger les fossés du fort.
L'originalité de ces canons est qu'ils sont " recyclés ". Ils ont été fondus entre 1858 et 1870 (c'est pour cette raison qu'est gravé le N de Napoléon III sur le tube) et se chargeaient par la bouche. Au début des années 1880, ces canons sont obsolètes mais l'armée décide de les modifier pour défendre les fossés des forts, là où le manque de puissance n'est pas un inconvénient. L'arrière du canon est scié pour recevoir une culasse mobile et faciliter ainsi son chargement. Le tube est placé sur un affût spécial, adapté au tir sous casemate. Son appellation officielle est " canon de flanquement de 12 modèle 1884 ".
Le Nasica porte encore aujourd'hui les traces indélébiles de la violence des combats du fort de Vaux.

Cartel

Datation : 1884

Auteur : Inconnu

Matériaux : Bronze (tube) et acier (affût)

Techniques :

Lieu de création : Bourges (France)

Hauteur :

Largeur :
3,02 m

Poids : Obus à balles de 12 kg

N° inventaire : 396c / N 417

Historique : Entré dans les collections du musée en 1917, à l’issue de la bataille de Verdun.

Objets complémentaires

Le bois de la Caillette dans les environs de Verdun, Louis Danton