La guerre au XVème siècle : l’épée de connétable

Arme symbolique par excellence, « l’épée de France » était remise par le roi à son connétable à l’issue d’une cérémonie extrêmement codifiée. En recevant son épée directement des mains du souverain, le connétable était officiellement investi du commandement en chef des armées. Bertrand du Guesclin (1320-1380) et Anne de Montmorency (1493-1567) figurent parmi les plus illustres personnages ayant été promus à cette charge qui disparaît au début du XVIIe siècle.

Du point de vue de sa construction, l'arme présente des analogies avec les épées médiévales mais sa lame - très légère et d'une qualité médiocre (détail des poinçons du fourbisseur, visuel 2) - témoigne de son caractère exclusivement cérémoniel. L'orientation de son ornementation, et particulièrement des fleurs de lys gravées et dorées enrichissant les quillons, le pommeau et le talon de la lame (visuel 3) ainsi que le cartouche circulaire situé au centre de celle-ci (visuel 4), indiquent que l'épée était conçue pour être portée nue et la pointe haute, lors des entrées ou cérémonies royales. Le fourreau de cuir, miraculeusement conservé, est également semé de lys de laiton doré. La présence de cette épée jusqu'à la Révolution à Chantilly, ancien domaine des Montmorency, suggère qu'elle aurait pu appartenir à l'un des deux membres de cette famille ayant bénéficié de la connétablie au XVIe siècle, et plus particulièrement à Anne de Montmorency. Malgré sa silhouette archaïsante évoquant encore le XVe siècle, l'arme serait ainsi datée de la première moitié du XVIe siècle.

Cartel

Datation : Vers 1475-1500

Auteur : Inconnu

Matériaux : Fer, laiton, bois, textile et cuir

Techniques : Gravure et dorure

Lieu de création : France

Hauteur :
0.24 m

Largeur :
1.12 m

Poids : 1.4 kg

N° inventaire : J 26

Historique : Provient des collections des princes de Condé au château de Chantilly