Le bélier et la colombe, buste de Charles X

En 1825, le comte d’Artois est sacré roi de France et de Navarre sous le nom de Charles X. La politique du souverain affiche un retour à la logique de l’Ancien Régime. Les décorations de l’ordre de la Toison d’or et du Saint-Esprit, récompensant la noblesse, témoignent de cette volonté. La représentation de deux animaux, le bélier et la colombe, sur le buste de Charles X, font chacun référence à ces deux ordres.

Le bélier renvoie dans un premier temps à l'ordre de chevalerie de la Toison d'or. En effet, créé au XVe siècle par Philippe le Bon, duc de Bourgogne, il vise d'une part à renforcer les liens dynastiques entre ses états, et d'autre part, à exalter les vertus chevaleresques des nobles.
Afin de matérialiser ces finalités, Jason, héros de la mythologie grecque, est choisi pour être représenté sur les décorations de l'ordre. Envoyé par son oncle Pélias, Jason doit quérir la Toison d'Or.
Il organise l'expédition des Argonautes et s'en empare. Cette toison est celle deChrysomallos, un bélier ailéà la toison et aux cornes d'or. La colombe, quant à elle, est associée à l'ordre du Saint-Esprit, créé par Henri III, au XVIe siècle et destiné à renforcer ses liens avec la haute noblesse catholique au moment des guerres de religion. L'Esprit saint est par ailleurs souvent représenté par une colombe, c'est sous cette forme qu'il serait descendu sur Jésus lorsqu'il a été baptisé dans le Jourdain.

Cartel

Datation : Vers 1540-1545

Auteur : Louis Stanislas Raviro d'après François-Joseph Bosio (1768-1845)

Matériaux : Bronze

Techniques :

Lieu de création : France

Hauteur :
0,830 m

Largeur :
0,630 m

Poids :

N° inventaire : 19137 ; 3484DEP

Historique : 1964, cession du Musée Franchet d'Espérey. Le buste a probablement été fondu d’après le buste du salon de 1824.

Objets complémentaires

La médaille de chevalier de l’ordre de la Toison d’or sur un portrait d’Eugène de Beauharnais