Le griffon, bourguignotte

Cette bourguignotte, casque militaire,dite au griffonest l’un des rares éléments conservés d’un harnois de parade réalisé vers 1540-1545. Elle est attribuée à Giovanni Paolo Negroli. Son destinataire, un Valois ou un Médicis, reste inconnu à ce jour. Le décor est caractéristique du maniérisme et du goût pour les défenses de tête aux formes fantastiques. Les techniques du repoussé et du ciselé sont employées comme pour la célèbre armure aux lions, attribuée à François Ier.

La protection de tête combine les écailles d'un poisson ou d'un dragon et les poils d'une fourrure. Un bec présente des crocs acérés, mêlé à la représentation d'une tête d'homme (visuel 2), dont la barbe et les sourcils sont des végétaux.
Celui qui la porte fait une démonstration de puissance en se transformant symboliquement en une bête féroce. Le griffon mentionné dans l'appellation de cette protection de tête (visuel 3) ne ressemble cependant pas à la créature fantastique antique du même nom. Ce gardien des trésors cachés est généralement représenté avec une tête et des ailes d'aigle sur un corps de lion. C'est l'un des animaux fantastiques le plus ancien et le plus représenté dans le monde. Plusieurs d'entre eux se cachent dans les collections du musée de l'Armée. Une lucarne de la cour d'honneur présente par exemple des griffons adossés.

Cartel

Datation : Vers 1540-1545

Auteur : attribué à Giovanni Paolo Negroli (1513-1569)

Matériaux : Fer, argent, or, textile

Techniques :

Lieu de création : Milan

Hauteur :
0,340 m

Voir le plan

Largeur :
0,210 m

Poids : 2,300 kg

N° inventaire : H 149

Historique :