Le pingouin, peluche mascotte

L’armée de l’air n’existe pas encore pendant la première guerre mondiale. A ce moment-là, l’avion, surnommé le « plus lourd que l’air », ne fait pas l’unanimité parmi les politiques et les militaires des différents camps, en raison de son manque de puissance et de sa fragilité. Son utilisation va néanmoins s’intensifier et se diversifier vers la fin du conflit. En 1918, les Britanniques sont les premiers à créer une armée de l’air indépendante.

Ce pingouin ou manchot en peluche, fabriqué avec des plumes, des poils et du velours est une pièce insolite dans les collections du musée de l'Armée. Il a appartenu à l'aviateur français Pégoud.
Pendant la première guerre mondiale, les pilotes d'avions prennent des risques insensés. Aussi, pour rejeter le mauvais œil et se protéger contre le danger, ils avaient recours des rituels qui les rassuraient et avoir près de soit une mascotte ou un objet fétiche, faisait partie de ces pratiques.
Le choix de l'animal en tant que mascotte du pilote d'avion est cependant un double clin d'œil. D'une part, le mot pingouin est proche du patronyme Pégoud ; d'autre part, les manchots et la plupart des espèces de pingouins ne peuvent pas voler...

Cartel

Datation : Première guerre mondiale

Auteur : Anonyme

Matériaux : plume, poil, textile

Techniques :

Lieu de création : USA

Hauteur :
0,270 m

Voir le plan

Largeur :
0,130 m

Poids :

N° inventaire : 687 C

Historique : Don du père adoptif de l’aviateur, Monsieur Crémot, en 1920

Objets complémentaires

Cette photographie montre le Nieuport 210 sur lequel a été tué le sous-lieutenant Pégoud le 31 août 1915. Sa mascotte est visible sur cette image, elle est placée à l'avant, sur le capot de l’avion