Le siège de Rhodes (1522) : couleuvrine aux armes de Villiers de l’Isle-Adam

Cette couleuvrine qui appartenait à l’ordre des Hospitaliers de Saint-Jean de Jérusalem défendait l’île de Rhodes lorsqu’elle a été assiégée pendant 5 mois en 1522 par l’armée de Soliman le Magnifique. Elle porte les armes de Philippe Villiers de l’Isle-Adam, 44e grand maître de l’ordre de 1521 à 1534. Défaits à la suite du siège, les Hospitaliers abandonnent l’île et leur artillerie aux Ottomans. Ils errent quelques années en Méditerranée avant de se fixer à Malte. Ils prennent alors le nom d’ordre de Malte.

Cette couleuvrine est très allongée et son calibre est moins important que celui des bombardes du Moyen-Âge. Cette morphologie caractéristique des premières années du XVIe siècle résulte de l'emploi du boulet en fonte de fer. En effet, ce dernier est trois fois plus dense qu'un boulet en pierre. Il permet donc de réduire le calibre tout en augmentant la puissance du choc à l'impact. Cette artillerie était donc dévastatrice et portait à plusieurs centaines de mètres. On note également la présence de tourillons qui permettaient de pointer la pièce sur son affût. Un appendice quadrangulaire à l'arrière de la culasse (ancêtre probable du bouton de culasse) servait à régler le tir avec précision. Le décor de cette couleuvrine est empreint de sobriété et de technicité. La volée de la pièce est taillée à 16 pans, décalés sur chaque tronçon, donnant l'impression que la couleuvrine est constituée de plusieurs éléments assemblés par vissage. Mais il n'en est rien, la pièce est coulée d'un seul tenant.

Cartel

Datation : v. 1521-1522

Auteur : Inconnu

Matériaux : Bronze

Techniques :

Lieu de création : Inconnu

Hauteur :
(calibre) 140 mm

Largeur :
3,38 m

Poids : 2533 kg, Boulet en fonte d’environ 10 kg

N° inventaire : N 74

Historique : Tombée aux mains des Ottomans en 1522. Offerte à Napoléon III par le sultan Abdul-Aziz en 1862, la couleuvrine entre au musée la même année.