Le soir d’Iéna (le 14 octobre 1806) ou La Victoire est à nous

Au centre du tableau, l’Empereur Napoléon Ier est représenté suivi de ses généraux et officiers d’ordonnance. À l’avant, on aperçoit l’escorte de chasseurs à cheval de la Garde impériale. On découvre à l’arrière-plan des grenadiers et des fusiliers d’infanterie de ligne, dont certains brandissent des drapeaux pris à l’ennemi. En bas du tableau et au premier plan figure l’ensemble des musiciens constituant la tête de colonne, soit une batterie de tambours avec tambour-major et tambour-maître et la musique d’harmonie de ce régiment d’infanterie.

Les musiques militaires se composent généralement de musiciens d’ordonnance et d’harmonie, selon les périodes.

  • Les musiciens d’ordonnance font partie de l’effectif des compagnies. Ce sont des soldats-musiciens chargés de transmettre les ordres du commandement. Dans les troupes à pied, ils ont pour instrument un tambour, un cornet ou un clairon. Dans les troupes montées, ils sont dotés d’une trompette. L’ensemble des tambours et cornets forme la batterie de tambours. L’ensemble des trompettes constitue la fanfare.
  • Les musiciens d’harmonie relèvent de l’état-major, ou du petit état-major du régiment. Formés dans les conservatoires pour leurs qualités de musiciens, ils sont engagés par contrat de 2 ou 3 ans dans l’armée. Ce sont des gagistes, ce qui les autorise à être recrutés aussi par l’ennemi, sans être considérés, pour autant, comme déserteurs. Les instruments sont à vent (cuivres et bois) et parfois à percussion. Lors de la parade, la batterie de tambours ou fanfare des soldats-musiciens et la musique d’harmonie des gagistes se réunissent pour constituer la tête de colonne du régiment, généralement précédée de deux rangs de sapeurs.

Cartel

Datation : 1894

Auteur : Édouard Detaille (1848-1912)

Matériaux :

Techniques : Huile sur toile

Lieu de création : France

Hauteur :

Largeur :

Poids :

N° inventaire : 016.Eb27D

Historique :

Objets complémentaires

Canne de tambour-major de la Garde d’honneur lyonnaise