L’ours, bonnet à poil de sous-officier du régiment de chasseurs à pied de la Garde impériale

L’animal, le végétal et le minéral sont longtemps restés les matières premières indispensables à la survie de l’homme. Aujourd’hui encore, ils servent de modèle pour fabriquer des matières synthétiques ou chimiques, utilisées pour des équipements militaires par exemple. On aimerait pouvoir produire une fibre aussi résistante que la soie d’araignée ou fabriquer une tenue de combat à l’image de la peau du caméléon.

Ce bonnet à poil de sous-officier du régiment de chasseurs à pied de la Garde impériale est également appelé " ourson ". Un chef militaire peut choisir de distinguer ses soldats d'élite en ajoutant, par exemple, une bande de fourrure sur leur coiffure (visuel 2).Ils deviennent ainsi l'égal d'un héros mythologique, comme Hercule, qui a terrassé une créature puissante et qui revêt sa dépouille. En réalité, la fourrure du bonnet n'est pas forcément celle d'un ours, mais il serait difficile d'adapter ce symbole de puissance à une vache ou à un lapin.

Cartel

Datation : 1807-1815

Auteur : Anonyme

Matériaux : Cuir, toile, fourrure, laiton, fil métallique, plume

Techniques :

Lieu de création :

Hauteur :
0,355 m

Largeur :
0,220 m

Poids :

N° inventaire : 09869 ; Gb 374/2

Historique : 3565 Achat : Clément, 12 février 1952