Mitrailleuse «Saint-Étienne» modèle 1907

La mitrailleuse joue un rôle considérable dans les hécatombes de la Grande Guerre. Les soldats la surnomment parfois "la faucheuse d'hommes". Cette arme est très représentative de la guerre mécanique et industrielle. Les mitrailleuses sont des armes automatiques : quand le tireur presse la détente, le tir s'effectue en continu jusqu'à ce que le tireur relâche la pression ou que les munitions soient toutes consommées : c'est le principe de la rafale qui permet de saturer une cible ou de balayer une zone.

La mitrailleuse "Saint-Étienne" modèle 1907 est fabriquée de 1909 à 1917 pour l'armée française. Son mécanisme est "à empreint de gaz" : à chaque tir, une partie des gaz de l'explosion est récupérée pour produire un mouvement qui éjecte la douille tirée et introduit une nouvelle cartouche.
Cette mitrailleuse utilise la même munition que le fusil Lebel. Elle tire 10 balles à la seconde, soit une cadence théorique de 600 coups par minute. La vitesse de la balle, à la sortie du canon, est de 850 m par seconde. La portée efficace est d'environ 500 m, mais la balle reste dangereuse jusqu'à 1 000 voire1 500 m. A cette distance, un bataillon doit encore se coucher sur le sol pour se protéger.
La mitrailleuse est servie par une équipe de cinq hommes : un caporal-chef de pièce qui commande le tir, un tireur, un chargeur et deux pourvoyeurs qui portent les munitions à l'emplacement du tir.
A l'usage, il a été constaté que le mécanisme de la " Saint-Etienne" se détériore rapidement dans la poussière et la boue des tranchées.

Cartel

Datation :

Auteur :

Matériaux :

Techniques :

Lieu de création :

Hauteur :

Largeur :

Poids :

N° inventaire :

Historique :