Mobilier de campagne de Napoléon Ier

Le musée de l’Armée expose une présentation du mobilier de campagne de Napoléon Ier, utilisé lors de différentes campagnes militaires. Le mobilier, simple et léger, atteste de la sobriété du "soldat" Napoléon sur le champ de bataille et de la parfaite logistique des bivouacs. L’installation de son quartier général ne prend pas plus d’une demi-heure. La tente impériale, dressée au milieu du carré de la Garde impériale, est constituée de grandes toiles formant plusieurs pièces réunies par des couloirs.

La table pliante (visuel 2) fait partie de ces meubles démontables et légers, spécialement conçus à cet effet (fauteuils, tabourets, lit...). Probablement livrée par l'ébéniste Jacob-Desmalter en 1813, elle est pourvue de pieds se repliant par-dessous et se range dans un grand étui en cuir noir.
Des objets usuels accompagnent l'empereur, comme cet encrier de voyage (visuel 3), formé d'un étui en carton émaillé vert parsemé d'abeilles d'or, surmonté d'un "N" couronné. L'empereur, infatigable travailleur et dirigeant son empire à distance en campagne, rédige constamment ordres de bataille, discours et décrets.
Est également présentée une petite lorgnette de gousset (visuel 4). Sorte de petite jumelle, elle est faite d'une pierre précieuse, la cornaline, d'une optique en verre et est équipée d'une chaînette en or. D'autres objets, comme des bibliothèques de voyage, un lit de camp, un tapis, une longue-vue, des porte-documents... complètent la présentation.

Cartel

Datation : 1813 (table) / Premier Empire (lorgnette et encrier)

Auteur : Jacob-Desmalter (table)

Matériaux : Chêne et sapin (table) ; cornaline et or (lorgnette) ; carton, cuivre doré et cuivre (encrier)

Techniques :

Lieu de création : France

Hauteur :
0,71 m (table) ; 0,086 m (encrier)

Largeur :
0,95 m (table) ; 0,020 m (lorgnette)

Poids :

N° inventaire : 3621DEP (table) ; 9510 (encrier) ; 851 (lorgnette)

Historique : Table : dépôt du musée national des châteaux de Malmaison ; encrier : don Normand en juillet 1916 ; lorgnette : entrée en 1897 dans les collections du musée de l’Armée.