Motocyclette pliante "Welbike" d'André Jarrot

Né le 13 décembre 1909, André Jarrot est mobilisé au 3e régiment du génie en 1939. Démobilisé, il retourne à la vie civile et entre dans la résistance. Sa maison étant proche de la ligne de démarcation, il fait passer en zone sud près de 4000 personnes dont, à partir de 1942, des pilotes en fuite. En 1943, il rejoint l’Angleterre. Après un entraînement poussé, il est parachuté plusieurs fois en France, sous le nom de code Goujon pour des missions de sabotage. En août 1944, il est doté de cette Welbike.

Recordman du monde des 24 heures moto en 1938, André Jarrot a utilisé, comme moto de liaison ce parascooter ou Welbike, dont la dénomination officielle est "Motor Cycle, Solo, 98 cc". Créée à station IX, l'usine secrète qui conçoit le matériel à destination des services secrets et commandos, la Welbike est fabriquée à partir de la fin 1942. Les premiers exemplaires sont livrés aux parachutistes britanniques, à partir du début de l'année 1943. Produite à environ quatre mille exemplaires, cette motocyclette a été également utilisée par les troupes aéroportées polonaises et par les agents alliés parachutés en zone ennemie. Avec son réservoir de 3,69 litres, elle a un rayon d'action de 145 km et peut atteindre une vitesse maximum de 50 km/h. Facilement pliable (il suffit d'enlever la goupille de la selle et du guidon et plier le guidon), elle était parachutée dans un container spécifique. André Jarrot a continué à se servir de cet engin après la guerre, d'où sa couleur bordeau.

Cartel

Datation : Entre 1942 et 1945

Auteur : Villiers Engineering

Matériaux : Métal, caoutchouc

Techniques :

Lieu de création :

Hauteur :
78,1 m

Largeur :
1,321 m

Poids : 32 kg

N° inventaire : 2008.29.1

Historique : Don de Mme Marie-Claude Jarrot et de M. Patrick Jarrot (2008)