Napoléon Ier sur le trône ou Sa majesté l’empereur des Français sur son trône par Ingres

1/1

Napoléon Ier sur le trône ou Sa majesté l’empereur des Français sur son trône par Ingres

Napoléon 1er sur le trône ou Sa majesté l’empereur des Français sur son trône, œuvre iconique de la légende napoléonienne © musée de l'Armée (Dist. RMN-Grand Palais) photo Emilie Cambier

Sceptre dit de « Charlemagne » qui aurait appartenu à Charles V. Il aurait été modernisé à l’occasion de la cérémonie du sacre par le joaillier Odiot. La statuette représente Charlemagne, tenant le sceptre à fleur de lys d’une main et le globe impérial de l’autre. © musée de l'Armée (Dist. RMN-Grand Palais) photo Emilie Cambier

Détail de l’épée, inspirée du modèle de Joyeuse, arme légendaire de Charlemagne et faisant partie des regalia transmis lors du sacre. On aperçoit également la longue robe et le cothurne (chaussure lacée d’inspiration antique). Ces deux accessoires sont en satin blanc brodé et garni de torsades d’or. © musée de l'Armée (Dist. RMN-Grand Palais) photo Emilie Cambier

Détails du tapis montrant l’aigle et, dans des médaillons, des motifs voulus par l’artiste. L’un fait par exemple référence à la Vierge à l’Enfant de Raphaël, figure récurrente dans l’œuvre de Ingres. On aperçoit aussi des signes du zodiaque,comme la balance, traditionnellement associés à Jupiter. © musée de l'Armée (Dist. RMN-Grand Palais) photo Emilie Cambier

Notice

Napoléon Bonaparte devient empereur des Français, par le senatus-consulte du 18 mai 1804. La fastueuse cérémonie du sacre est organisée quelques mois plus tard, le 2 décembre 1804, à Notre-Dame de Paris. A cette occasion, Napoléon revêt plusieurs costumes, dont le grand habillement, porté lors du couronnement. C’est dans ce costume, composé entre autres d’un manteaude velours pourpre semé d’abeilles d’or, que le jeune peintre Jean-Auguste-Dominique Ingres (1780-1867) le représente en 1806.

Napoléon arbore sur son manteau l'abeille, qui est, avec l'aigle (visuel 3), l'un des emblèmes choisis pour l'empire. Sur sa tête, la couronne de laurier rappelle, comme la pourpre, les empereurs de la Rome antique. On note aussi la présence de certains regalia (objets de pouvoir transmis lors du sacre, déjà portés par les rois de France) : le sceptre sommé d'une statuette de Charlemagne (visuel 2), la main de Justice (à droite) et une épée inspirée de Joyeuse, épée légendaire de Charlemagne (visuel 4).
Ce portrait, l'un des plus célèbres de Napoléon aujourd'hui, est cependant mal accepté par ses contemporains qui le jugent "gothique" et "barbare". L'originalité de la composition, de face, assis, la tête émergeant d'un corps noyé dans un imposant costume, s'éloigne en effet des représentations habituelles de l'empereur, qui se rapproche ici d'un Jupiter olympien ou d'une icône byzantine.
Quant à la destination de ce tableau, elle est probablement italienne, au vue des armoiries du Royaume d'Italie qui se devinent à l'arrière-plan.

Cartel

  • Datation : 1806
  • Auteur : Jean-Auguste-Dominique Ingres (1780-1867)
  • Matériaux :
  • Techniques : Huile sur toile
  • Lieu de création : France
  • Hauteur :
    2,60 m
  • Largeur :
    1,63 m
  • Poids :
  • N° inventaire : 4 ; Ea 89/1
  • Historique : De 1806 à 1814, le tableau fait partie de la collection du Corps législatif, puis est intégré à la collection des Musées royaux. En 1832, le roi Louis-Philippe en fait don à l'Hôtel des Invalides.
  • Localisation dans le musée (nom salle, n° de vitrine) :
    Département moderne : salle 23 « La cour impériale »