Paire de pistolets dits du duc de Berry

Ces pistolets ont appartenu à Louis Ferdinand de France (1729-1765), fils de Louis XV. Dauphin de France, il reçoit une éducation intellectuelle très riche et très pieuse dispensée par l’abbé de Mirepoix. L’activité physique, en revanche, lui déplaît fortement. Très proche du parti dévot, il désapprouve la politique et la vie privée de son père et n’a de cesse de ressembler à son ancêtre, saint Louis. Par la suite, ces pistolets ont appartenu au duc de Berry (1778-1829), fils de Charles X.

Cette paire de pistolets, comme l'indique une inscription sur le canon, a été offerte au Dauphin en 1734 par la ville de Paris. Elle était accompagnée d'une épée et d'un fusil. Le décor antiquisant fait la part belle au thème de l'enfance et exalte les valeurs morales nécessaires à l'exercice du pouvoir. Les canons et les garnitures sont ainsi ornés d'un Hercule enfant étouffant les serpents (visuel 2), d'un amour chevauchant un lion et plusieurs enfants parés de symboles antiques (corne d'abondance, trident de Neptune). La naissance du canon (visuel 3) est, lui, orné d'un Dauphin. Lors de la remise de ces présents, le président Turgot, prévôt des marchands de Paris (fonction équivalente à celle de maire), présagea dans son discours l'usage que le Dauphin ferait un jour, en faveur de l'état, de ces armes qui n'étaient encore que des jouets. L'écusson, postérieur, sur la crosse (visuel 4) porte l'inscription "Charles Ferdinand duc de Berry", Il s'agit du fils de Charles X, né en 1778 et mort en 1820.

Cartel

Datation : 1734

Auteur : Jean-Baptiste Laroche, Arquebusier

Matériaux : Bois, acier, laiton, argent, ivoire, velours, satin, fil de métal

Techniques : Forgé, bleui, doré, gravé, ciselé, brodé

Lieu de création : Paris

Hauteur :
0,26 m

Largeur :

Poids : 0,380 Kg chaque

N° inventaire : M 1729

Historique :