Pavillon naval de l’Empereur Napoléon à l’Île d’Elbe

Le 6 avril 1814, Napoléon signe son acte d’abdication. Le 20 avril, il fait ses adieux aux détachements de la garde réunis au palais de Fontainebleau. Le 4 mai, il débarque à l’île d’Elbe, le lendemain de l’entrée solennelle de Louis XVIII à Paris. Exilé, déchu, l’Empereur garde son statut de souverain. En conséquence il organise un gouvernement, une cour et une armée.

Les troupes autorisées à suivre l'Empereur (1 600 hommes) étaient principalement issues des régiments de grenadiers et chasseurs, ainsi que des chevau-légers polonais de l'ancienne garde.

Les grenadiers et les chevau-légers furent dotés chacun de drapeaux et d'étendards particuliers, qui restent encore de nos jours emblématiques de leur séjour de l'île d'Elbe.

Une flotte navale, composée de cinq petits bâtiments est aussi accordée au souverain de l'île d'Elbe. Dans ses déplacements en mer, l'Empereur est accompagné de 21 marins de la garde.

Le bateau arbore alors son pavillon naval personnel. Ce pavillon à ses couleurs est conçu d'après les anciennes armoiries de Cosme de Médicis, qui fut souverain de l'île : un fanion tripartite blanc et amarante comportant une bande amarante diagonale sur fond blanc dans sa partie supérieure gauche, sur laquelle sont posées trois abeilles d'or. Au centre, le chiffre impérial est surmonté d'une couronne gemmée.

Cartel

Datation : 1814

Auteur :

Matériaux : Soie

Techniques :

Lieu de création :

Hauteur :

Largeur :

Poids :

N° inventaire : 837 B

Historique :