Pertuisane des gardes de la manche, 1679

Le 31 août 1679 est célébré à Fontainebleau le mariage par procuration de Charles II d’Espagne avec mademoiselle d’Orléans, la nièce de Louis XIV. C’est l’occasion pour le roi de France de recevoir les représentants des grands d’Europe et de conclure des traités, faisant suite à la guerre de Hollande, avec la Suède et le Danemark. A cette occasion, les gardes de la manche sont dotés de pertuisanes neuves dont le décor exprime l’idéologie royale et la vision du monde selon la couronne de France.

Les gardes de la manche sont les gardes les plus proches du roi, si proches qu'ils touchent sa manche. En 1679, ils sont dotés de casaques et d'armes neuves. La symbolique herculéenne, héritée d'Henri IV, est alors remplacée dans leurs décors par la symbolique solaire adoptée par Louis XIV vers 1662.

En effet, le fer des pertuisanes représente le monde (un globe terrestre) au-dessus duquel vole un char dirigé par Mars, dieu de la guerre (le roi). Ce char, tiré par quatre chevaux, écrase l'aigle (le Saint-Empire) et le lion (souvent associé à l'Angleterre mais qui, dans le contexte représente l'Espagne). Le roi est couronné des lauriers du vainqueur par une allégorie de la Renommée, sous le soleil rayonnant entouré de la devise NEC PLURIBUS IMPAR.

La réalisation de ces armes est confiée à Jean Bérain (1640-1711) qui dessine à partir de 1675 les costumes et décors des évènements - carrousels, pompes funèbres mais aussi fêtes et opéras - organisés à la cour de France.

Cartel

Datation : 1679

Auteur : Jean Bérain

Matériaux : Fer, bois, textile

Techniques : Forgé, ciselé, gravé, doré

Lieu de création : France

Hauteur :
2,58 m

Largeur :
0,10 m

Poids :

N° inventaire : K496

Historique :