Pistolets à rouet miniatures

Véritables petits bijoux témoignant des prodigieux progrès techniques réalisés dans le domaine de l’arquebuserie tout au long du XVIe siècle, ces huit modèles réduits de pistolets à rouet étaient avant tout destinés à enrichir les cabinets de curiosités princiers. Mais attention, bien que leur aspect invite à la rêverie et à l’amusement (photo 2), chacune de ces pièces pouvait tirer de petites balles et toutes sont encore en parfait état de fonctionnement.

Exécutées entièrement en fer et simplement agrémentées de motifs en laiton (photo 3), ces armes miniatures proviennent de Bavière et notamment des ateliers de Nuremberg dont elles constituent une production originale. Réalisés par des artisans en mécanique, des arquebusiers, des horlogers, voire même dans certains cas par des orfèvres, les pistolets miniatures constituaient souvent des « chefs-d’œuvre » de maîtrise (photo 4). Plusieurs documents attestent de la spécialisation de certains artisans dans cette singulière production, à l’instar de Michael Mann au début du XVIIe siècle à Augsbourg, ou de Johann Carl à Nuremberg.

Plusieurs spécimens ont conservé une chaînette métallique, laquelle permettait de porter le pistolet en sautoir sur un vêtement civil à l’image de simples breloques. De nombreuses pièces similaires sont exposées dans de nombreux musées (Ermitage à Saint-Pétersbourg, Metropolitan Museum à New York, Kunsthistorisches Museum à Vienne…), signe de l’engouement de la noblesse et de la bourgeoisie pour ces objets d’apparat.

Cartel

Datation : Vers 1575-1600

Auteur : Inconnu

Matériaux : Fer et laiton

Techniques : Ciselé et dorure

Lieu de création : Nuremberg, Bavière (Allemagne)

Hauteur :
de 0,045 à 0,105 m

Largeur :
de 0,01 à 0,02 m

Poids : de 0,009 à 0,01 kg

N° inventaire : M 1697

Historique : Ancienne collection de Napoléon III au château de Pierrefonds, entrés au musée d’Artillerie en 1880.