Plastron à mécanisme

Très en vogue dans l’Empire germanique à partir du XVe siècle, la joute et les tournois ont conduit à la mise au point de harnois adaptés à des exercices spécifiques. Extrêmement codifiés, comme en atteste de nombreux ouvrages parmi lesquels celui de Jacques-Antoine Delaistre (objet complémentaire 1), ces « jeux » n’en étaient pas moins très dangereux. Le souvenir du roi de France Henri II, tué par Gabriel de Montmorency le 10 juillet 1559 d’un éclat de lance dans l’œil, marqua fortement les esprits du temps.

D’une extrême rareté, seuls trois exemplaires sont recensés dans le monde, le plastron présenté ici était à l’origine muni d’un mécanisme de projection. Ce mécanisme se composait d’un disque sur lequel prenaient place des pièces métalliques triangulaires. Au moment du contact entre le bréchet de joute (objet complémentaire 2) et le disque, les triangles étaient projetés en l’air permettant ainsi aux spectateurs de visualiser immédiatement le vainqueur de l’assaut. Le choc devait être terrible, puisque l’on estime qu’au moment de l’impact le bréchet concentrait toute la force résultant de la masse des deux jouteurs et de leur monture – soit près de 500 kg ! – lancés respectivement à environ 40 km/h.

C’est l’empereur Maximilien Ier qui a popularisé la pratique de la joute. A ce titre, il semble que ce plastron a été réalisé par Lorenz Helmschmied dans son atelier d’Augsbourg, sans doute à l’occasion des festivités liées aux secondes noces de Maximilien avec Bianca-Maria Sforza en 1494.

Cartel

Datation : Vers 1495

Auteur : Lorenz Helmschmied

Matériaux : Fer et laiton

Techniques : Gravure et fer forgé

Lieu de création : Augsbourg, Bavière (Allemagne)

Hauteur :
0,34 m

Largeur :
0,30 m

Poids : 6,95 kg

N° inventaire : G 528

Historique : Présent dans les collections du musée d’Artillerie avant qu’il ne devienne musée de l’Armée en 1905. A été pris par l’Allemagne au cours de la Seconde Guerre mondiale avant d’être restitué à la France le 25 septembre 1946.

Objets complémentaires

Définition du tournoi et des joutes au XVIIIe siècle d’après Jacques-Antoine Delaistre.

Différents types de bréchets de joute.