Portrait de Jean-Baptiste Kléber (1753-1800)

Jean-Baptiste Kléber, d’origine alsacienne, sert d’abord l’ennemi en tant que sous-lieutenant dans l’armée autrichienne, de 1776 à 1783. Revenu en Alsace il est nommé inspecteur des bâtiments publics de cette province. Lieutenant-colonel du 4e bataillon de volontaires du Haut-Rhin en 1792, il se distingue au siège de Mayence. En septembre 1793, il écrase les Vendéens à Cholet et est nommé général de division. Il s’illustre également lors du siège de Charleroi en 1794 et dans la campagne d’Egypte (1798-1799).

Ce portrait rétrospectif le présente en buste, de trois-quarts vers la droite, la tête tournée vers la gauche. D'une grande intelligence et habileté, Thiers disait de lui qu'il était le plus bel homme de l'armée. La silhouette d'un minaret, au fond à gauche, rappelle le rôle qu'il joua dans la campagne d'Egypte lorsque Bonaparte lui confia le commandement suprême de l'armée d'Egypte, à son départ, en août 1799. Par la suite, trahi par l'amiral anglais Keith qui ne respecta pas la convention d'El Arich permettant l'évacuation de l'Egypte par l'armée française, Kléber repris les hostilités. Il remporta la victoire d'Héliopolis le 20 mars 1800, s'assurant la conquête de la Haute-Egypte. Assassiné au Caire le 14 juin 1800 par un étudiant syrien, alors qu'il se promenait sur la terrasse de son jardin, Kléber demeure l'un des seuls hommes de l'époque qui fut capable de rivaliser avec Bonaparte. Le musée de l'Armée conserve également dans ses collections son sabre (objet complémentaire 1) et son pistolet (objet complémentaire 2).

Cartel

Datation : 1830

Auteur : Adèle de Kercado

Matériaux :

Techniques : Huile sur toile

Lieu de création : Paris

Hauteur :
0,650 m

Largeur :
0,545 m

Poids :

N° inventaire : 04057 ; Ea 63/1

Historique : Acquis le 28 mars 1838 pour le Château d'Eu ; collection de Louis-Philippe 1er jusqu’en 1848 ; collection de Robert Jackson jusqu’en 1927 ; 1927, don Jackson au musée de l’Armée

Objets complémentaires

Sabre du général Kléber

Pistolet du général Kléber