Portrait de Mme bru, cantinière au 7e régiment de hussards

Les cantinières apparaissent sous Louis XIV. Leur rôle consiste à subvenir aux besoins matériels des soldats : vente de boissons et d’objets de première nécessité, lavage du linge et même soin aux malades et aux blessés. Elles font preuve de beaucoup de courage et de dévouement au milieu des combats. L’âge d’or des cantinières se situe sous le Second Empire. A partir de 1890, elles voient pourtant leur rôle se restreindre, pour s’effacer définitivement au début du XXe siècle.

Dans ce tableau, peint par un anonyme, qui date de 1837, Mme Bru, cantinière au 7e régiment de hussards, est habillée d’un dolman tressé, et porte un chapeau noir à la « marinière », ainsi qu’un pantalon garance. Le pantalon étant jugé indécent, car près du corps, il est complété d’une jupe, ici au ton vert foncé, couleur traditionnelle du 7e hussard. La tenue est assortie de bottes munies d’éperons, et d’une longue chambrière. Un tonnelet, en bois cerclé de fer, utilisé pour distribuer de l’eau-de-vie, achève cette tenue élégante.

Ce portrait, d’inspiration romantique, présente la cantinière en femme idéalisée : jeune, belle, raffinée, loin de la réalité de la vie de labeur et de danger des vivandières de l’époque. En général, ces femmes portaient des tenues disparates, et avaient une apparence moins gracieuse. Il leur fallait être fortes physiquement pour porter leurs biens sur les lignes ou maîtriser leur attelage. Elles donnaient aussi de la « voix » car elles devaient se faire entendre des soldats en toute circonstance.

Cartel

Datation : 1837

Auteur : Anonyme

Matériaux : Huile sur toile

Techniques :

Lieu de création : Ecole française

Hauteur :
0,920 m

Largeur :
0,730 m

Poids :

N° inventaire : 1484, Ra 292

Historique : Acquisition 1898

Objets complémentaires

Portrait de Madame Bourcier, cantinière au 3e régiment des grenadiers de la Garde