Raza Roustam (1780-1845), mamelouk de Napoléon 1er

Né vers 1781 en Géorgie, Raza Roustam connait une enfance pleine de périls. Séparé de sa famille alors qu’il se rend en Arménie, il est emmené comme esclave en Egypte. Il est vendu à l’âge de treize ans à Sala Bey qui en fait un mamelouk, l’instruit et le convertit à l’Islam. Passé ensuite au service du cheikh El-Bekri, son existence connait un tournant lorsqu’il est offert à Bonaparte comme palefrenier, accompagné d’un cheval,à l’occasion de son entrée solennelle au Caire le 14 juin 1799.

Commandé probablement en 1806 à l'occasion de son mariage avec Alexandrine Douville, fille du premier valet de chambre de l'impératrice Joséphine, ce portrait le représente dans un costume somptueux, dû au tailleur Sandoz. Coiffé d'un turban de mousseline brodée, il porte un sabre à l'orientale et un poignard glissé dans la ceinture. Son rôle d'apparat n'empêche pas son exposition au danger lors des campagnes napoléoniennes, à Iéna comme à Eylau. Serviteur et garde du corps de l'Empereur, dormant la nuit en travers de sa porte, il assure également l'entretien des armes et des lunettes. Nommé premier mamelouk de l'Empereur en 1813, il figure au côté de son maître dans de nombreuses représentations de scènes historiques, leur conférant une touche d'exotisme. Bien que favori de la famille impériale, Roustam prend peur lors de la tentative d'empoisonnement de Napoléon à Fontainebleau en avril 1814. Il quitte son maître et ne reviendra à Paris qu'au moment du Retour des cendres de l'Empereur en 1840.

Cartel

Datation : 1806

Auteur : Jacques Nicolas Paillot de Montabert (1771-1849)

Matériaux :

Techniques : Huile sur toile

Lieu de création : Paris

Hauteur :
1,165 m

Largeur :
0,895 m

Poids :

N° inventaire : 3659 / Ea 62

Historique : 1806-1845, collection Raza Roustam ; 1901, don Pierre-Albert Beaufeu