Rondache au triomphe de Galatée

Galatée, une nymphe marine, vit sur l’île du cyclope Polyphème, qui est amoureux d’elle. Mais la nymphe lui préfère le berger Acis, et se moque des démonstrations grotesques du cyclope, attisant ainsi sa jalousie. Pour se venger, Polyphème écrase le jeune berger sous un rocher. Galatée, le cœur brisé, change alors Acis en rivière, afin de pouvoir s’y baigner chaque jour. Ce mythe a inspiré de nombreux poètes, comme l’exemple de l’amour non partagé qui conduit à la rage destructrice.

Cette rondache reproduit, dans le style de la Grande Maniera, le triomphe de Galatée, peint par Raphaël en 1511, à la villa Farnésine à Rome.

Galatée est représentée, au centre, en contrapposto : une jambe fléchie, l’autre tendue avec une torsion du corps et de la tête dans un sens opposé, ce qui rappelle les statues de l’Antiquité. Elle se tient debout dans une conque, qui a la particularité de posséder une roue à aubes, et elle est entourée de créatures de la mer. La conque est tirée par deux dauphins dirigés par un angelot, qui semble glisser sur l’eau. Les couples de néréides et de tritons, de part et d’autre de Galatée, se font écho. De même deux tritons se répondent, l’un en soufflant dans un coquillage, l’autre dans une trompette.

Galatée vogue sur les eaux, le regard détaché de l’agitation qui l’entoure, indifférente aux chants de Polyphème, qui tente de la séduire. Elle représente, en fait, la Beauté idéale pour Raphaël, une beauté céleste et charnelle à la fois.

Cartel

Datation : Vers 1550

Auteur : Artiste Inconnu

Matériaux : Argent, fer, fil de métal, laiton, or textile

Techniques :

Lieu de création : Italie

Hauteur :
0,565m

Largeur :

Poids :

N° inventaire : I 59

Historique : Legs fait par M. Le baron des Mazis