Sabre du comte Esterhazy

Face à la mainmise de l’Autriche sur la Hongrie, certaines familles hongroises se mettent au service du roi de France. C’est ainsi que Valentin Joseph Esterhazy entre au régiment de Bercheny en 1720. En 1735, il est autorisé à le quitter et à créer un régiment à son nom. Il participe aux opérations en Corse en 1739, puis à celles de Prague en 1741. Promu brigadier de cavalerie, il est fait chevalier de l’ordre de Saint-Louis. En 1743, il est blessé à Dettingen et meurt à Aschaffenbourg en juillet.

Malgré ses caractères morphologiques et sa lame d'Europe centrale, le décor de cette arme place sa création en France, sous la régence. Le sabre aurait été offert au comte Esterhazy à son entrée au régiment de Bercheny. Munie d'une poignée en lapis-lazuli à calotte d'argent, la garde, ciselée, est frappée des armoiries des Esterhazy. La Lame, d'un type archaïque, est frappée de deux croissants dentelés à côté desquels a été grossièrement gravé le mot FRINVIA. Le fourreau est gainé de velours bleu, la couleur de l'uniforme des hussards en France à cette époque. Les garnitures sont en tôle d'argent repoussé et ciselé de médaillons figuratifs ornés de trophées d'armes et emblèmes ottomans. Les médaillons de l'avers représentent eux, des scènes de la vie militaire ou de combats, notamment un hussard brandissant la tête d'un turc. Il s'agit peut-être d'évocations des combats menés par les membres de la famille Esterhazy, princes du Saint-Empire, au nombre desquels la levée du siège de Vienne en 1683.

Cartel

Datation : Vers 1720

Auteur :

Matériaux : Acier, argent, Lapis-lazuli, bois, velours, argent

Techniques : Forgé, ciselé, repoussé

Lieu de création : France

Hauteur :
0,935 m

Largeur :
0,145

Poids :

N° inventaire : 2709 Po

Historique : Ancienne collection Pauilhac